10 min de lecture Connecté

La 5G arrive en France : 10 questions pour comprendre le débat sur le nouveau réseau mobile

Le déploiement de la cinquième génération de réseau mobile fait l'objet de débats intenses dans l'Hexagone. Faut-il craindre des effets néfastes de la 5G ? Que va-t-elle vraiment changer au quotidien ? À qui va-t-elle profiter ? Éléments de réponses en dix points.

Une antenne-relais 5G en Suisse (illustration).
Une antenne-relais 5G en Suisse (illustration). Crédit : FABRICE COFFRINI / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Dernière ligne droite avant l'arrivée de la 5G en France. À partir de mardi, les quatre opérateurs télécoms de l'Hexagone se disputent les blocs de fréquences qui leur permettront de commencer à déployer cette nouvelle technologie de téléphonie mobile dans certaines villes d'ici la fin de l'année. Initialement prévues en avril, ces enchères se déroulent dans un climat de défiance inédit.

Le débat sociétal autour de ce nouveau standard de télécommunications a pris de l'épaisseur ces dernières semaines, parfois jusqu'à la caricature, entre les partisans du progrès technologique et les défenseurs de la sobriété numérique.

Inquiets de possibles impacts de la 5G sur la santé et l'environnement, des élus de gauche et écologistes ont appelé à un moratoire sur son déploiement, relayant une demande formulée par la Convention citoyenne pour le climat. Une perspective inenvisageable pour l'exécutif, déterminé à prendre le tournant de l'innovation en lançant la technologie du futur de la téléphonie mobile en France avant la fin de l'année, sans attendre le rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire prévu en mars prochain.

Faut-il craindre des effets néfastes de la 5G ? Quand sera-t-elle disponible sur nos smartphones ? Que va-t-elle vraiment changer au quotidien ? Pourquoi le débat sur son arrivée est-il aussi enflammé en France ? Éléments de réponses en dix points.

1 - Qu'est-ce que la 5G ?

À lire aussi
L'application Tous Anti-Covid a pris la relève de StopCovid le 22 octobre 2020 Coronavirus France
Tous Anti-Covid activée par 500.000 Français : nouveau souffle ou faux départ ?

Après la 3G et la 4G, la 5G est la nouvelle génération de réseau mobile. Elle est conçue pour faire face à la croissance exponentielle des usages et ouvrir de nouvelles perspectives pour les entreprises et le grand public. 

Face à l'engorgement des bandes utilisées par le réseau 4G provoqué par l'augmentation du trafic de données, la 5G va utiliser des bandes plus larges et disponibles, commecelle des 3,5 GHz dont les blocs sont mis en vente à partir de mardi, qui disposent d'une plus grande bande passante et autorisent des débits plus importants dans l'envoi et la réception de données. Elle cohabite déjà avec la 4G sur la bande des 700 MHz, peu à peu mise à disposition par les opérateurs ces dernières années.

Dans un premier temps, la 5G va s'ajouter aux réseaux existants qui continueront de fonctionner normalement. A terme, elle promet des débits internet dix fois plus rapide que la 4G, avec la bande dite des 26 GHz qui apportera des fréquences millimétriques avec des débits inégalés et une latence minimale.

En plus d'offrir des débits décuplés, la 5G promet aussi une réactivité immédiate. La “latence”, le temps de réaction entre le clic et le moment où l'action se réalise, sera d'à peine une milliseconde. Elle a aussi la particularité de pouvoir supporter cent fois plus de connexions simultanées que la 4G. 

2 - Que va-t-elle changer pour le grand public ?

La 5G ne sera pas une révolution pour le grand public à son lancement. Contrairement à la 3G, qui a généralisé l'usage de l'Internet mobile, ou à la 4G, qui a fait décoller la consommation de vidéos, la 5G va d'abord éviter la saturation du réseau 4G avant d'améliorer les usages existants en mobilité et à la maison.

Parmi les avantages concrets apportés par la 5G, il sera possible de télécharger plus rapidement des vidéos en très haute définition. Le jeu vidéo devrait aussi en profiter avec une meilleure expérience de jeu en ligne et en streaming. Les services basés sur les serveurs distants du cloud y gagneront également, tout comme les expériences de réalité virtuelle et augmentée, qui consomment beaucoup de données. 

En revanche, la 5G ne changera pas grand chose à l'essentiel des usages numériques du quotidien : surfer sur les réseaux sociaux, lire la presse en ligne, réserver un taxi, faire des achats en ligne, consulter les horaires d'un train, prendre rendez-vous chez le médecin, etc.

3 - Quels bouleversements pour l'industrie ?

La 5G va surtout profiter aux entreprises. Elle est présentée comme la pierre angulaire de l'internet des objets. En établissant un dialogue instantané entre des milliards d'objets connectés et les infrastructures, lorsque la bande des 26 GHz sera déployée, elle promet de bouleverser les modèles existants et de faire émerger des usages basés sur des flux instantanés et automatisés de données.

Avec ses débits décuplés et son absence de latence, la 5G va libérer le potentiel de la voiture autonome en instaurant un échange constant d'informations entre les véhicules et les infrastructures routières. Bardée de capteurs, la ville intelligente pourra optimiser la gestion de ses flux urbains et ses ressources en eau ou en électricité. La 5G pourra faire communiquer les robots avec l'intelligence artificielle, maximiser les chaînes de production et logistique, démocratiser le suivi médical à distance, etc.

En améliorant considérablement la qualité des images et la vitesse de transmission des données, le très haut débit va aussi grandement profiter à la vidéosurveillance .L'institut Gartner estime que les caméras de télésurveillance devraient représenter 70% des objets connectés exploitant la 5G dans le monde d'ici 2023.

La 5G va aussi profiter aux fabricants de smartphones. Selon le cabinet Strategy Analytics, au moins un milliard de smartphones 5G devraient être vendus d'ici cinq ans. Un relais de croissance salutaire pour les acteurs du secteur après deux ans de stagnation des ventes. La technologie devrait notamment profiter à Apple, dont le premier iPhone 5G est attendu en fin d'année.

4 - Quel impact sur l'économie ?

La 5G devrait avoir des conséquences gigantesques sur l'économie. Selon une étude du cabinet IHS Markit, elle pourrait générer une contribution économique de 3.600 milliards de dollars et 22,3 millions d'emplois dans le monde d'ici à 2035 sur l'ensemble de sa chaîne de valeur. En France, le cabinet estime son impact à 124 milliards de dollars de PIB et 448.000 emplois dans quinze ans.  

La Commission européenne estime de son côté que les recettes produites dans le monde devraient représenter l'équivalent de 225 milliards d'euros en 2025.

La 5G doit aussi doper les finances des États. La France espère récupérer un peu plus de 2,17 milliards d'euros dans la vente aux enchères des fréquences au opérateurs. L'Allemagne et l'Italie ont récupéré environ 6 milliards d'euros dans l'affaire.

5 - Quand va-t-elle être déployée en France ?

Les enchères principales de la 5G débutent mardi. Pour l'instant, chaque opérateur dispose d'un bloc de 50 MHz sur la bande 3,4-3,8 GHz, la bande coeur de la 5G. L'objectif est de répartir les fréquences qui n'ont pas été distribuées lors de la première phase, soit onze blocs de la bande 10 MHz. 

Une fois ces blocs attribués, l'Arcep pourra délivrer les autorisations d'exploitation des fréquences, d'ici fin novembre, et donner le feu vert au lancement des premières offres commerciales. Les opérateurs devraient lancer leurs premiers forfaits 5G d'ici la fin de l'année. Il ne sera pas très utile de se précipiter sur ces premières offres, qui risquent d'être proposées à des tarifs plus élevés que la 4G par les opérateurs. 

Dans un premier temps, la 5G servira surtout à désengorger le réseau 4G. La bande des 26 GHz, qui offrira les meilleurs débits et rendra possible les usages futuristes vantés par les promoteurs de la 5G, ne sera pas lancée avant plusieurs années. Des expérimentations sont encore menées sur plusieurs sites à travers le pays.

6 - Pourquoi la déployer dès maintenant ?

La 5G va être lancée alors que la 4G n'est pas encore déployée sur tout le territoire. Un paradoxe en apparence seulement. La 3G et la 4G ont fait décoller le trafic de données de l'internet mobile, en hausse de 50% chaque année. Selon les opérateurs, les réseaux 4G actuels pourraient être saturés dès 2022 en France. D'où l'urgence de décongestionner les fréquences courantes avec des antennes utilisant de nouvelles bandes.

La 5G est aussi présentée par les autorités et les industriels comme une évolution naturelle, une technologie arrivée à maturité dont la France se doit être à la pointe du développement pour embrasser ses nouveaux usages et ses débouchés industriels sous peine d'être distancée par la Chine, la Corée du Sud, les Etats-Unis et la plupart de ses voisins européens qui ont déjà effectué la bascule.

"C’est indispensable que nous déployions la 5G. On ne va pas faire ce cadeau à nos adversaires ou à nos rivaux économiques de prendre du retard", estimait le ministre de l'Économie Bruno Le Maire mi-septembre. Même son de cloche chez le patron du Medef. "La 5G est indispensable pour être compétitifs", selon Geoffroy Roux de Beyzieux. A ses yeux, cette technologie est nécessaire si la France souhaite"relocaliser des activités stratégiques et réarmer l'économie".

7 - Faudra-t-il bientôt acheter un smartphone 5G ?

Pour être compatibles avec la 5G, les smartphones doivent embarquer un modem 5G à l'intérieur de leur processeur. Ces derniers sont conçus par Qualcomm, Intel, Huawei ou Mediatek. Ils doivent aussi disposer d'une batterie plus importante pour répondre aux sollicitations liées aux nouveaux usages autorisés par la 5G. 

En raison du temps de déploiement de la 5G en France, il ne sera pas nécessaire de changer tout de suite de smartphone. Les opérateurs vont commercialiser leurs premières offres 5G en fin d'année. Mais celles-ci seront accessibles seulement dans les grandes villes et ne se traduiront pas par des bénéfices saillants avant plusieurs années. En attendant, les réseaux 4G et 3G continueront de fonctionner.

La plupart des fabricants de smartphones proposent déjà des smartphones 5G car le nouveau réseau mobile leur offre un relais de croissance salutaire après deux années de stagnation du marché. Les marques anticipent également le cycle de renouvellement habituel des smartphones du public, environ trois ans sur Android et quatre ans sur iPhone qui pourrait rendre pertinent l'achat d'un prochain smartphone 5G.

8 - La 5G est-elle dangereuse pour la santé ?

Le débat autour de la 5G s'est longtemps cristallisé autour de son impact sanitaire et des risques posés par les ondes des antennes pour les personnes électrosensibles car les ondes peuvent être associées à diverses pathologies humaines selon la fréquence et la proximité des émissions. 

Plusieurs études ont été menées sur le sujet. Les scientifiques n'ont pas mis en évidence de risque lié à l'utilisation des fréquences utilisées pour la 4G et pour la bande de 26 GHz. Un flou entoure encore celle des 3,5 GHz, trop peu étudiée et qui sera déployée avant la remise du rapport de l'Anses en 2021, mais dont la proximité avec les fréquences des réseaux WiFi n'incite pas à l'inquiétude.

Un rapport réalisé par l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et l'Inspection générale des finances (IGF) à la demande du gouvernement pour lever les craintes de la Convention citoyenne a conclu mi-septembre à une absence de risque majeur pour la santé. Sur la base des études connues et des premiers retours d'expérience de la 5G à l'étranger, les auteurs du rapport écrivent qu'il n'existe pas d’effets néfastes avérés à court terme si l'on reste en dessous des valeurs limites d’exposition recommandées.

9 - La 5G est-elle dangereuse pour l'environnement ?

Ses promoteurs mettent en avant le gain énergétique que permettra le passage à la 5G. "La 5G, c’est plus de débit, mais moins de consommation énergétique", affirmait encore mi-septembre le secrétaire d'État au Numérique Cédric O dans un entretien au Monde.

En valeur absolue, les antennes 5G consomment davantage que les antennes 4G. Mais elles ont une plus grande efficacité énergétique. En fonction des besoins, elle peuvent focaliser le réseau sur une zone donnée au lieu d'émettre dans toutes les directions. Elles peuvent aussi se mettre en veille lorsqu'elles ne sont pas sollicitées. Si bien que pour acheminer 1 Go de données, la 5G consommera deux fois moins d'énergie que la 4G à son lancement et dix fois moins en 2025, promet Orange.

Les opposants à la 5G craignent cependant de voir l'empreinte environnementale du numérique s'envoler avec la croissance des usages générée par cette technologie qui va accompagner l'essor de la smart city, la voiture autonome et l'industrie de demain. C'est ce qu'on appelle l'effet rebond. Comme à chaque génération de réseau, les gains d'efficience ont de grandes chances d'être absorbés par la plus forte demande en données et la multiplication des applications.

Dans les prochaines années, le passage à la 5G devrait aussi pousser les consommateurs à changer de smartphone et accélérer l'obsolescence de produits électroniques qui représentent aujourd’hui 81%des impacts environnementaux du numérique en France. “Les livraisons de smartphone baissaient dans le monde depuis deux ans et leur durée de vie augmentait dans la plupart des pays. La 5G remet une pièce dans la machine au moment où les courbes s’inversaient", regrette Gauthier Roussilhe, chercheur et auteur de La controverse de la 5G, joint par RTL.

Pour tempérer ces craintes, le Sénat a rendu en juin 25 propositions visant à réduire l'impact environnemental du numérique. Parmi les mesures phares, les sénateurs proposent l'interdiction des forfaits mobiles illimités, le renforcement des sanctions sur l'obsolescence programmée et la création d'une taxe carbone aux frontières européennes.

10 - Pourquoi tant de défiance ?

Au-delà des risques sanitaires et environnementaux, c'est le modèle de société porté par la 5G qui crispe ses opposants. Face à l'urgence climatique et à l'épuisement des ressources naturelles, beaucoup s'interrogent sur l'utilité de la 5G et de ses usages. De Mélenchon aux écologistes, une partie de la gauche estime que l'exécutif n'a pas pris en compte l'aspiration d'une partie de la population à une plus grande sobriété numérique, formulée par la Convention citoyenne cet été, en posant ce choix technologique comme un virage inéluctable sur la base de perspectives économiques et de débouchés industriels.

"On a besoin d’incursion citoyenne dans la science et la technique, c'est salutaire. Elle a eu lieu dans le débat sur la 5G avec la Convention citoyenne sur le climat mais elle a été balayée. Le procédé va perdre en légitimité alors qu'on en a besoin pour objectiver les choses", déplore Irénée Regnauld, cofondateur de l’association techno-critique le Mouton Numérique et coauteur avec Yaël Benayoun de Technologies partout, démocratie nulle part. Plaidoyer pour que les choix technologiques deviennent l’affaire de tous.

Face à ces divisions, le président de l'Arcep estime que le débat est nécessaire. "Il y a une exigence démocratique d’interroger ces choix technologiques au-delà de la régulation classique des marchés et de remettre en cause les modes de décision", observe Sébastien Soriano dans Libération. Selon lui, la mission du régulateur des télécoms doit désormais embrasser les enjeux sociétaux et environnementaux, en agissant par exemple "sur la manière dont les opérateurs incitent les clients à changer de smartphone", pour parvenir à déployer la 5G en limitant son impact environnemental.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté La 5G Télécoms
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants