4 min de lecture Facebook

Oculus Quest 2 : on a testé le casque de réalité virtuelle sans fil de Facebook

Facebook espère démocratiser la réalité virtuelle avec une version améliorée et plus abordable de son casque autonome Oculus Quest qui ne nécessite ni PC, ni console, ni smartphone pour fonctionner.

Facebook espère démocratiser la réalité virtuelle avec l'Oculus Quest 2
Facebook espère démocratiser la réalité virtuelle avec l'Oculus Quest 2 Crédit : Facebook
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Facebok a annoncé ce mercredi 16 septembre le lancement de l'Oculus Quest 2, la nouvelle version de son casque de réalité virtuelle autonome qui sera disponible le 13 octobre à partir de 349 euros. Le groupe de Mark Zuckerberg espère séduire un large public avec cette nouvelle version 100 euros moins chère, plus puissante et plus légère.

Comme le Quest premier du nom, commercialisé l'an dernier, l'Oculus Quest 2 est un casque mobile qui ne nécessite pas d'être branché à un ordinateur ou un smartphone pour fonctionner. Il embarque toutes les technologies nécessaires pour faire tourner les jeux tout en bénéficiant d'une grande liberté de mouvement. 

L'Oculus Quest 2 peut lancer des jeux, des expériences immersives, des divertissements et des applications de réseaux sociaux. Nous l'avons essayé quelques jours avant sa sortie.

Un casque de réalité virtuelle autonome

Présenté par Facebook comme le casque tout-en-un le plus avancé du marché, l'Oculus Quest 2 se veut le meilleur compromis pour s'initier à la réalité virtuelle. Libéré des fils, des machines voire des capteurs externes nécessaires au fonctionnement de produits comme le HTC Vive ou le PlayStation VR, il promet une expérience beaucoup plus satisfaisante que les boîtes en carton d'entrée de gamme à brancher à un smartphone proposées par Samsung ou Google.

À lire aussi
Le logo d'Instagram aux États-Unis (illustration) société
Facebook, Instagram : l’amitié est-elle possible sur les réseaux sociaux ?

Tous les composants sont logés à l'intérieur du masque. On retrouve un processeur Snapdragon XR2 spécialement conçu pour la réalité virtuelle plus puissant que sur le premier Quest, une mémoire vive de 6 Go, 64 Go ou 256 Go de stockage, des haut-parleurs et des micros intégrés, une prise Jack et une batterie assurant un peu plus de 2 heures d'autonomie. Le casque est aussi plus léger et plus compact. Des accessoires sont proposés en option pour plus de confort.

L'appareil offre une résolution quasiment équivalente à la 4K. Chaque oeil dispose d'un écran LCD projetant une image dotée de 1832x1920 pixels, soit 50% de pixels en plus par rapport au premier Quest, avec une fréquence de rafraîchissement à 72 Hz. Facebook promet de passer prochainement à 90 Hz pour proposer des expériences virtuelles plus fluide.

L'interface du casque Oculus Quest 2
L'interface du casque Oculus Quest 2 Crédit : Facebook

Le Quest 2 reprend le système de suivi du positionnement sur six axes de son prédécesseur. Quatre caméras filment les gestes de l'utilisateur et collaborent avec les deux manettes, un accéléromètre et un gyroscope pour les retranscrire dans les jeux et offrir une grande liberté de mouvement. Des retours haptiques se chargent de ponctuer certaines situations pour renforcer l'immersion. Il est aussi possible d'utiliser le casque comme un kit "mains libres" : les mouvements mains sont alors détectés par le système de suivi et l'on peut faire défiler les écrans directement avec les doigts.

>
Hand Tracking on Oculus Quest | Oculus Connect 6

L'Oculus Quest 2 est annoncé avec une bibliothèque de plusieurs centaines de jeux et expériences. On retrouve notamment The Climb 2, Walking Dead et Half Life Alyx. Un partenariat avec Ubisoft pour un jeu Assassin's Creed et un nouveau Splinter Cell ont aussi été annoncés. Et les jeux des plateformes Steam et Rift sont accessibles à l'aide d'un simple câble branché à un PC. Facebook promet également des divertissements immersifs et des expériences sociales, comme la possibilité d'assister à des concerts en direct et de se connecter avec ses amis en réalité virtuelle. A condition qu'ils disposent également d'un casque de réalité virtuelle Facebook.

Un produit encore destiné à un public de niche

Nous avons pu essayer le casque quelques jours avant sa sortie. Le premier enseignement est qu'il s'agit d'un casque très facile à prendre en main. L'installation ne prend que quelques minutes. Après avoir suivi les indications à l'écran, puis délimité la zone de jeu dans son salon, on peut rapidement accéder aux applications. A noter qu'un compte Facebook est obligatoire pour accéder à l'interface Oculus.

Les expériences sont fluides et confortables. Le gain qualitatif est notable par rapport au premier Quest. Il est possible de s'essayer à l'escalade, à divers jeux de tirs, à quelques jeux de sport façon Wii, à des parties de pêche et même à des exercices de fitness. Mais à part deux ou trois titres forts, comme Star Wars ou Half-Life Alyx, le catalogue manque globalement de profondeur et l'on est assez vite lassé. Facebook doit encore convaincre les studios de s'emparer du Quest 2 pour proposer des sorties plus fréquentes. 

Le système de sangle assure un bon maintien du casque sur la tête et le système de suivi détecte parfaitement les mouvements durant les jeux et les expériences. Le casque est suffisamment léger pour être emmené avec soi en déplacement et il est même possible de jouer à l'extérieur. Mais même si l'Oculus Quest 2 propose une technologie aboutie et maîtrisée, il faut avoir à l'esprit que la réalité virtuelle reste un exercice qui ne peut pas être pratiqué au-delà d'un certain temps sans ressentir une certaine fatigue oculaire.

Au final, le Quest 2 constitue sans doute le meilleur choix pour les personnes désireuses de s'essayer à la réalité virtuelle chez elles avec un produit accessible offrant une grande liberté de mouvement. Mais 349 euros reste un prix conséquent et les applications grand public sont encore trop limitées pour séduire le plus grand nombre. L'aspect réseau social, notamment, est étonnamment sous exploité par Facebook alors que la pandémie pourrait lui offrir un terrain d'expression favorable. Mark Zuckerberg va devoir encore patienter pour atteindre son objectif de convertir un milliard de personnes à la réalité virtuelle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Facebook Connecté Réalité augmentée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants