1. Accueil
  2. Actu
  3. Santé
  4. Arthrose : quelle alimentation privilégier pour atténuer les douleurs ?
2 min de lecture

Arthrose : quelle alimentation privilégier pour atténuer les douleurs ?

Ce mardi, on va parler de l’arthrose, un rhumatisme courant qui touche des millions de personnes. On va voir comment l’alimentation peut aider à en diminuer les symptômes.

Le genou est une articulation particulièrement sensible à l'arthrose.
Le genou est une articulation particulièrement sensible à l'arthrose.
Crédit : Pxhere
Arthrose : quelle alimentation privilégier ?
00:03:52
Arthrose : quelle alimentation privilégier ?
00:03:53
Micro générique Switch 795x530
Aline Perraudin
Je m'abonne à la newsletter « Infos »

L'arthrose concerne environ 10 millions de personnes en France, 65% des plus de 65 ans. L’arthrose provoque une destruction progressive du cartilage qui peut toucher de nombreuses articulations. Elle évolue par crises douloureuses s’accompagnant d’une inflammation de l’articulation touchée. 

Il n’y a pas de traitement pour guérir l’arthrose, seulement des médicaments pour calmer la douleur. Mais on peut tenter de freiner son évolution en adoptant certaines règles d’hygiène de vie. Une activité physique régulière est indispensable à l’entretien des articulations. Et l’alimentation peut aussi contribuer à un meilleur confort articulaire.

Une alimentation équilibrée et colorée

Quel type d’alimentation est conseillé ? Ce qui est le plus important, c’est de ne pas avoir une alimentation trop riche, qui contribue au surpoids. Le surpoids favorise, en effet, l’arthrose de deux façons. D’abord, les kilos en trop pèsent sur les articulations portantes, c’est-à-dire les articulations de la hanche, du genou et de la cheville, et les fragilisent.  

Mais l’effet n’est pas seulement mécanique car le surpoids favorise aussi l’arthrose d’articulations qui ne portent pas le poids du corps, comme l’arthrose des doigts et des cervicales. L’explication est à aller chercher du côté du métabolisme : le tissu adipeux produit des hormones inflammatoires, les adipokines, qui diffusent dans l’organisme et ne font qu’aggraver l’atteinte articulaire.

À lire aussi