2 min de lecture Police

Violences policières : Christophe Castaner reprend le dessus

ÉDITO - Face aux nombreux actes de violences policières révélés ces dernières semaines, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a, comme il ne l’avait jamais fait auparavant, rappelé les forces de l'ordre à l’exemplarité.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Violences policières : Christophe Castaner reprend le dessus Crédit Image : Lionel BONAVENTURE / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Quentin Marchal

Des images plus fortes que les mots. Après la publication de plusieurs vidéos de violences policières diffusées ses dernières semaines, Christophe Castaner a rappelé les policiers a leur devoir d’exemplarité, lors de ses vœux. Le ministre de l'Intérieur reçoit d'ailleurs, ce mardi 14 janvier, la famille et les avocats de la famille de Cédric Chouviat, le livreur mort à Paris à la suite d’une interpellation musclée le dimanche 5 janvier. 

Christophe Castaner ne pouvait plus nier l’évidence. Alors qu'il se réfugiait systématiquement derrière les interminables enquête de l’IGPN, la police des polices, jusque-là, l'ancien délégué général de la majorité doit faire face à la réalité des événements. Les vidéos de violences policières, qui tournent en boucle sur les réseaux sociaux mais aussi dans les médias, ont pris le dessus.

Un tir de LBD qui fait perdre la vue, des coups à un homme à terre, une jeune femme amenée volontairement au sol par un croche-pied, les faits sont accablants pour les forces de l’ordre. Alors qu'ils ont été sur-sollicités durant les quatorze derniers mois avec notamment le mouvement des "gilets jaunes" et la mobilisation contre la réforme des retraites, leurs chefs et eux-mêmes le confient, ils sont épuisés.

Les forces de l'ordre rappelés à l'ordre

Le gouvernement a une responsabilité dans toutes ces violences. Ce n’est pas forcément lui qui a provoqué les tensions mais c’est bien lui qui les a fait durer, exagérément. Alors qu'il a souvent donné l’image d’un ministre faible à ce poste de l'Intérieur, où il faut toujours apparaître fort, Christophe Castaner a un peu repris le dessus lors de ses vœux ce lundi 13 janvier. 

À lire aussi
Les nombreux contrôles routiers du week-end de la Toussaint vont permettre d'intercepter des conducteurs en excès de vitesse sécurité routière
Confinement : les gendarmes signalent des excès de vitesse sur les routes désertées

Il a, comme il ne l’avait jamais fait auparavant, rappelé les policiers à l’exemplarité. "On ne fait pas de croche pied à l’éthique" a-t-il dit, probablement en référence à cette vidéo où un policier fait chuter volontairement une jeune femme en glissant son pied à son passage.

Le ministre de l’Intérieur a aussi rappelé que les forces de l’ordre devaient porter leur R.I.O, un numéro qui permet de les identifier si besoin en cas de faute. Beaucoup de forces de l’ordre s’affranchissaient de cette règle depuis les premières manifestations sans que leur hiérarchie ne dise quoi que ce soit. Lorsque ceux qui doivent faire respecter la loi ne la respecte pas, le climat ne peut pas s’apaiser.

Christophe Castaner a donc fait le choix de changer de ton parce que les agissements de quelques policiers détériorent la confiance des citoyens qui n’ont rien à se reprocher et viennent inutilement apporter un motif aux plus radicaux, aux plus violents qui s’en prennent à la police. Le maintien de l’ordre ne se fait pas seulement à coup de matraque, de bombe lacrymogène et de tir de LBD, il tient aussi à l’autorité et au respect que l’on inspire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Violence Polémique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants