2 min de lecture Violence

Violences policières : deux nouvelles enquêtes ouvertes à Paris

Une syndicaliste de la RATP et un manifestant accusent la police, vidéo à l'appui, de les avoir violemment frappés lors d'une manifestation le jeudi 9 janvier.

Un badge de police nationale française (image d'illustration)
Un badge de police nationale française (image d'illustration) Crédit : Bertrand GUAY / AFP
Photo Quentin Marchal
Quentin Marchal
et AFP

De nouvelles bavures ? Le parquet de Paris a annoncé ce lundi 13 janvier avoir ouvert une enquête sur les coups de matraque portés par un policier contre une syndicaliste de la RATP, frappée alors qu'elle souhaitait ramasser son téléphone lors de la manifestation sur les retraites du jeudi 9 janvier. 

Cette enquête préliminaire, confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), a été ouverte pour "violences volontaires avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique ayant entraîné une incapacité inférieure à huit jours", a précisé le parquet de Paris. 

Elle fait suite à une plainte déposée vendredi par cette manifestante, conductrice à la RATP et militante du syndicat Unsa qui accuse la police, vidéo à l'appui, de l'avoir violemment frappée lors de ce rassemblement contre la réforme des retraites. Elle évoquait sur RTL "un traumatisme crânien, des hématomes aux bras. Au niveau de la tête, j'ai une ouverture causée par le coup de matraque télescopique", expliquait-elle.

La police dans la tourmente face aux accusations

Le parquet de Paris avait déjà ouvert une enquête vendredi 10 janvier après la diffusion d'une vidéo montrant un policier tirant à bout portant sur des manifestants avec un LBD lors de cette même manifestation, marquée par de nombreuses échauffourées entre manifestants et forces de l'ordre.

À lire aussi
Un policier (illustration) Oise
Confinement : la policière agressé à Beauvais "va mieux", confie un collègue

Lundi, une autre plainte a été déposée pour des violences policières là aussi filmées, lors de ce rassemblement. Dans la vidéo, on voit la victime recevoir de multiples coups de poing alors qu'elle s'était retrouvée au sol en tentant de venir en aide à une femme traînée sur la chaussée par des policiers. Le plaignant "ne connaissait pas cette femme mais il a voulu la secourir, parce qu'elle criait et avait l'air de se sentir mal", a expliqué son avocate, Camille Vannier, à l'AFP. Placé en garde à vue, il a été remis en liberté samedi sans qu'aucune charge soit retenue contre lui.

Lors de ses vœux à la police nationale, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a rappelé aux forces de l'ordre leur devoir d'"exemplarité", après une nouvelle vague d'accusations de violences policières.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violence Police Syndicats
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants