4 min de lecture Société

Violences faites aux femmes : "Une priorité 'absolue'", selon Alba Ventura

ÉDITO - Contre les féminicides, le gouvernement a décidé de passer à la vitesse supérieure. Est-ce que c'est suffisamment ambitieux, quand on sait qu'une femme meure sous les coups de son conjoint (ou ex-conjoint) tous les 3 jours.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Féminicides : "Il faut que cela devienne une priorité 'absolue'", selon Alba Ventura Crédit Image : Martin BUREAU / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura édité par Marie-Pierre Haddad

Un Grenelle des violences conjugales. Une grande consultation citoyenne et une campagne pour interpeller la société. Après la manifestation contre les violences faites aux femmes, samedi 6 juillet. Le gouvernement n'a pas lésiné sur les annonces. Les ministres ont reconnu que "l'état n'en faisait pas assez"
 
Et même Emmanuel Macron sur Facebook a indiqué que la République n'avait pas assez protégé les victimes. Donc ça y est, le gouvernement passe à l'action ? Il était temps ! Même si tout ça va dans le bon sens. Vous voulez que je vous rappelle ce qu’il s’est passé ce week-end : une femme a été tuée par un 4x4, c’est son mari qui lui a foncé dessus dans la Marne.
 
Dans les Yvelines, c’est une jeune femme qui a été étranglée par son compagnon et à Perpignan une femme de 32 ans a été retrouvée poignardée, après une dispute.

Un gouvernement qui n'ignore pas le sujet

Ça a fait grimper le nombre de féminicides à 75 depuis le début de l’année. Et donc, on va attendre le mois de septembre et l’automne pour installer un Grenelle et une grande consultation, des grands machins pour réfléchir à ce que l’on sait déjà ! Alors que l’on sait ce qu’il faut faire. Ce n’est pas comme si l’on découvrait qu’il y avait des maris violents et des ex-conjoints qui voulaient se venger

Ce n'est pas comme si dans certaines situations, la séparation, le divorce n'étaient pas synonymes de danger de mort. Emmanuel Macron en avait fait sa grande cause nationale pendant la campagne et franchement c’est loin d’être un sujet ignoré ou sous-estimé. La ministre Marlène Schiappa a été très active. Les gouvernements précédents ont pris leur part aussi.

L'exemple de l'Espagne

Mais il faut monter d'un cran. C’est un sujet qui doit mobiliser plusieurs ministères, à commencer par celui de la Justice. Vous vous rendez compte que (ce sont les associations qui le disent) depuis deux ans on dispose d’un bracelet électronique pour garder à distance les ex-conjoints qui menacent (deux ans) et il n’a toujours pas été testé !

À lire aussi
Des "gilets jaunes" manifestent à strasbourg société
"Gilets jaunes" : "On va convier les luttes européennes" dit Mathieu Blavier sur RTL

Que faut-il faire de plus ? On a un exemple sous les yeux : l’Espagne. C’est juste à côté de chez nous, c’est une société qui a des similitudes avec la nôtre. Là-bas, ça été le branle-bas de combat après un drame affreux en 97. Même les médias s’en sont mêlés. Ils ont montré l’horreur, ils ont affiché un compteur des victimes dans les journaux télé.

C’est comme éradiquer un fléau, il faut s'y attaquer de manière massive

Alba Ventura
Partager la citation

Il y a eu un plan d'action drastique et une loi dite de "protection intégrale". Ils ont mis en place des parquets et des tribunaux spécialisés, le bracelet électronique. Ils ont multiplié les ordonnances de protection (un ex : l'Espagne en délivre 20.000, nous 1.300). Et puis des aides financières comme l’aide au déménagement.
 
Il y a aujourd’hui en Espagne 29.000 mesures de protection pour les femmes. Ça ne veut pas dire qu’il n’y a plus aucun assassinat, malheureusement, mais leur nombre a très nettement baissé. C’est ce qu’il faut en France. C’est comme éradiquer un fléau, il faut s'y attaquer de manière massive. Ça veut dire qu'il faut que cela devienne une priorité "absolue".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Violences Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants