1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Vaccination des soignants : entre rassurer et anticiper, politiques et médecins sont divisés
2 min de lecture

Vaccination des soignants : entre rassurer et anticiper, politiques et médecins sont divisés

À partir de ce 5 juillet, Jean Castex reçoit les présidents de groupes parlementaires ainsi que les élus locaux, pour évoquer l’épineux sujet de la vaccination des soignants.

À compter du 15 septembre, les soignants non vaccinés ne pourront plus exercer.
À compter du 15 septembre, les soignants non vaccinés ne pourront plus exercer.
Crédit : SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA
Céline Morin

Le variant Delta est de plus en plus présent sur le territoire. Il représente aujourd’hui près de 20% des cas et incarne "une menace réelle qui pourrait venir gâcher nos vacances", disait Olivier Véran le 3 juillet dernier. C’est dans ce contexte que la vaccination obligatoire des soignants continue de faire débat.

"J'ai la conviction et c'est ce que va faire le gouvernement, que nous devons aller plus loin. Je vais dans les jours qui viennent, consulter l'ensemble des associations d'élus locaux qui sont à la manœuvre. Il y a la question de la vaccination obligatoire des soignants, on peut aussi parler du recours au passe sanitaire pour inciter encore plus de personnes à se faire vacciner", indiquait Jean Castex le 30 juin dernier devant le Sénat. Il reçoit d'ailleurs à partir de ce lundi 5 juillet les présidents de groupes parlementaires ainsi que les élus locaux, pour évoquer cet épineux sujet.
 
Ainsi, 96 docteurs à l’origine d’une tribune publiée dans le JDD, demandaient au gouvernement de prendre les mesures nécessaires afin que "toute personne qui, dans un établissement ou organisme public ou privé de prévention ou de soins, ou hébergeant des personnes âgées, exerce une activité professionnelle l’exposant ou exposant les personnes dont elle est chargée à des risques de contamination" soit obligée de se faire vacciner

Parmi les signataires, l’infectiologue Karine Lacombe, le chef du service des maladies infectieuses à l’Hôpital Tenon Gilles Pialoux ou encore François Bourdillon, ancien directeur de Santé publique France.

"Convaincre plutôt que contraindre"

Philippe Juvin, maire de La Garenne-Colombe (LR) et chef du service des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou, était sur RTL le 2 juillet dernier. Pour lui, rendre la vaccination obligatoire pour les soignants n’est pas la solution. Il s’agit davantage selon lui de faire de la pédagogie, "expliquer aux Français les avantages de la vaccination". Il ajoute : "Les professionnels de santé ont aussi besoin d'être rassurés", il faut donc absolument que le gouvernement explique "aux gens pourquoi il faut se faire vacciner".

À écouter aussi

De son côté, Philippe Martinez, secrétaire général de la GCT, invité de LCI ce lundi 5 juillet, pense "qu’il vaut mieux convaincre que contraindre". Il vaut mieux selon lui "discuter qu’imposer". "Il faut lever les interrogations des soignants", martèle-t-il. Il ajoute qu’imposer la vaccination est un "manque de respect et de prise en compte" de la part du gouvernement. "Culpabiliser les salariés, ce n’est pas la solution", concluait-il.

Le professeur Alain Fischer, président du Conseil d’Orientation de la stratégie vaccinale anti Covid-19 rejoint d’ailleurs Philippe Juvin et Philippe Martinez : il faut expliquer aux soignants les bénéfices de la vaccination. Il est cependant favorable à l’obligation vaccinale. Il s’agit selon lui de "se protéger eux-mêmes et également protéger les patients dont ils s'occupent", mais aussi "éviter les infections nosocomiales" explique-t-il sur RTL.

Cela est d’autant plus important que le variant Delta plane au-dessus de nos têtes, menaçant d’une quatrième vague. La "poussée" dont parle Alain Fischer, qui pourrait bien arriver à l’automne prochain, pourrait rester "mineure si on se vaccine bien cet été et qu'on respecte les consignes qui sont encore en place". 

"La seule issue" pour Bayrou

Invité ce dimanche 4 juillet du Grand Jury, le maire de Pau et président du MoDem François Bayou a aussi donné son avis sur le sujet, voyant la contrainte d’une vaccination comme "la seule issue".

Olivier Véran devrait réunir les parlementaires pour débattre du sujet le 8 juillet prochain.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/