4 min de lecture Vaccin

Vaccin contre le coronavirus : qu'en pensent Castex, Mélenchon et Le Pen ?

ÉCLAIRAGE - La campagne vaccinale se poursuit en France et la classe politique prend position sur le vaccin. Veulent-ils se faire vacciner ? Si oui, cela doit-il se faire devant les caméras ?

Jean Castex, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen
Jean Castex, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen Crédit : AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Une lueur d'espoir pour certains, une source d'inquiétude pour d'autres. Le président américain élu Joe Biden recevra ce lundi 11 janvier la deuxième dose du vaccin contre le coronavirus, trois semaines après la première injection. L'objectif du président élu est d'encourager la population à faire de même

Outre-Manche, la reine Elizabeth II, 94 ans, et son époux le prince Philip, 99 ans, ont eux aussi reçu leur première injection de vaccin. Là encore l'objectif reste le même : montrer l'exemple. 


En France, les vaccins concentrent l'essentiel de l'action gouvernementale. Selon le ministère de la Santé, plus de 50.000 doses du vaccin Moderna, qui vient d'être autorisé en Europe, seront livrées ce lundi 11 janvier, dans le Grand Est, en Auvergne-Rhône-Alpes et en Paca. La question de la vaccination de la classe politique devant les caméras a été soulevée, ouvrant la voie à de multiples interrogations. 

Castex vacciné devant les caméras ?

Au sein du gouvernement, "une réflexion est en cours" concernant le fait de communiquer sur la vaccination des membres de l'exécutif, a confié un proche d'Emmanuel Macron et de Jean Castex, au Parisien. L'exécutif est en effet face à un choix crucial : "L'exercice est sensible, on ne doit pas passer pour des privilégiés. Mais est-ce vraiment le sujet ? Il y aura toujours des personnes pour critiquer. Si on se faisait vacciner, cela enverrait quand même un vrai message de confiance pour le vaccin", résume un ministre.

À lire aussi
Coronavirus : les démarches à suivre pour se faire vacciner Coronavirus France
Vaccin contre le coronavirus : près de 500.000 Français ont pris rendez-vous vendredi

Toujours selon Le Parisien, le choix s'orienterait vers une vaccination sous l'œil des caméras de Jean Castex. Pas Emmanuel Macron. Sur Franceinfo, Valérie Pécresse estime que "le premier ministre devrait (...) se faire vacciner devant les caméras pour prouver l'innocuité du vaccin. C'est son devoir". Selon la présidente de la région Île-de-France, "le chef doit toujours donner l'exemple".

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot indiquait au micro de RTL : "Dès que ce sera mon tour, je me précipiterai". Et d'ajouter de façon plus générale sur la campagne vaccinale que "le résultat de la campagne de vaccination" se fera ressentir "à la fin du mois de janvier".

Chez Les Républicains, François Baroin avait partagé sa méfiance. Sur Public Sénat, le maire de Troyes indiquait avoir " un problème". "Je suis hypocondriaque, donc je me méfie de tout, y compris des vaccins", ajoutait-il. Cette position n'est pas partagée par le reste du parti. Sur RTL, Christian Jacob indiquait qu'il se ferait vacciner contre le coronavirus.

Mélenchon "pas rassuré" par le vaccin Pfizer-BioNTech

Jean-Luc Mélenchon confie ne pas être "rassuré" par le vaccin Pfizer-BioNTech utilisé en France. Pourquoi ? Il s'agit selon le candidat à l'élection présidentielle d'un "procédé qui est tout à fait nouveau et dont on ne connaît pas les conséquences. Je préfère les formes traditionnelles de vaccination", a-t-il déclaré sur LCI. 

Tout en affirmant ne pas être un anti-vaccin, le chef de file des députés La France insoumise "veut pouvoir choisir" et ne "pas être un cobaye" pour le vaccin développé par l'Américain Pfizer et l'Allemand BioNTech qui est basé sur la technologie de thérapie génique dite de "l'ARN messager". 

Le député LFI des Bouches-du-Rhône dénonce aussi les modalités de l'organisation de la campagne vaccinale en France qu'il qualifie de "désastre". "Comment se fait-il que Sanofi, à qui on donne tous les ans 150 millions d'euros de crédits recherche, annonce que, peut-être en décembre prochain, ils auront quelque chose sous la main ? Moi je n'accepte pas l'idée que la France ne sache pas faire", a-t-il indiqué. 

Le numéro 2 de la France insoumise, Adrien Quatennens, estime quant à lui "disposer de peu de données sanitaires", concernant le vaccin. Au Grand Jury RTL, le Figaro, LCI, le député LFI du Nord déclarait : "Si la sûreté sanitaire du vaccin est assurée, je pense que c'est une bonne idée de se faire vacciner. Mais je comprends que dans ces circonstances des gens puissent hésiter". 

Le Pen "prête à se faire vacciner"

Contre une obligation vaccinale contre le coronavirus, Marine Le Pen a indiqué, en marge d'un déplacement au Portugal, être "prête à se faire vacciner" quand ce sera son tour. Une position qui tranche avec celle de ses sympathisants. Selon un sondage Ifop réalisé début décembre, 61% des Français n'avaient pas l'intention de se vacciner contre le coronavirus et 80% des sympathisants du Rassemblement national. Un mois plus tard, selon le même institut, les Français étaient 49% à ne pas avoir l'intention de se vacciner, mais avec une réticence encore à 72% chez les sympathisants RN

Sur RFI, la présidente du Rassemblement national a déclaré : "J'ai dit (en) décembre que je ne me ferai pas vacciner tant que mon médecin n'aura pas reçu les études du vaccin (...) Aujourd'hui on a les études". 

Mais la candidate à l'élection présidentielle a aussi indiqué qu'elle "préférait, si (elle a) le choix, avoir affaire à un vaccin traditionnel". C'est-à-dire un vaccin fabriqué à partir de virus inactivés (polio, grippe), atténués (rougeole, fièvre jaune), ou tout simplement de protéines appelées antigènes, plutôt qu'à un vaccin ARN messager.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vaccin Coronavirus France Jean Castex
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants