1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Sondages : Emmanuel Macron est "une personnalité clivante", estime une spécialiste
1 min de lecture

Sondages : Emmanuel Macron est "une personnalité clivante", estime une spécialiste

INVITÉE RTL - Christelle Craplet, directrice d’études à l’institut de sondage BVA Opinion, est revenue sur l'opinion générale des Français à l'égard du chef de l'État, tout en soulignant les fractures au sein de la société.

Christelle Craplet, directrice d’étude à l’institut de sondage BVA Opinion, sur RTL, le 27 juillet 2021
Christelle Craplet, directrice d’étude à l’institut de sondage BVA Opinion, sur RTL, le 27 juillet 2021
Crédit : RTL
Opinion : Emmanuel Macron est "assez clivant" estime une spécialiste
12:18
Opinion : Emmanuel Macron est "assez clivant" estime une spécialiste
12:17
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier - édité par Quentin Marchal

À dix mois de la présidentielle 2022, Emmanuel Macron affiche une cote de popularité qui s'établit à 39% d'avis favorables, soit le même niveau qu'au début de la crise sanitaire. La directrice d’études à l’institut de sondage BVA Opinion, Christelle Craplet, explique que le chef d'État est "une personnalité assez clivante" puisque "27% des sondés ont une très mauvaise opinion de lui". 

Au moment d'expliquer les raisons de leur opposition au président de la République, "certains verbatims sont assez virulents" explique Christelle Craplet qui souligne que les sondés "peuvent utiliser des mots très forts, parfois des insultes à son égard". "Pour une partie des Français, il suscite un vrai rejet", explique-t-elle, ajoutant que "sur le plan politique, il est massivement rejeté aux deux bords extrêmes de l'échiquier, par les sympathisants du Rassemblement national et de la France insoumise".

"Il y a un certain nombre de fractures sur des sujets sociétaux et la perception de la politique gouvernementale", au sein de la population française, indique Christelle Craplet. "Il y a des clivages sociaux entre les catégories sociaux-professionnelles mais aussi entre ceux qui vivent dans les villes et en banlieue", pointe du doigt la spécialiste. "La crise des 'gilets jaunes' a mis tout cela sur le devant de la scène", conclut-elle.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/