1 min de lecture Projet de loi

Séparatisme : le projet de loi largement adopté malgré l'abstention de l'opposition

Après deux semaines de débat à l'Assemblée nationale, le projet de loi contre le séparatisme a été adopté par une large majorité malgré une forte abstention dans les rangs de l'opposition.

Thomas Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Séparatisme : le projet de loi largement adopté malgré l'abstention de l'opposition Crédit Image : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP | Crédit Média : Marie Moley | Durée : | Date : La page de l'émission
Micro RTL générique
Marie Moley édité par Camille Guesdon

Le projet de loi contre le séparatisme a été adopté à une très large majorité. Emmanuel Macron l'avait présenté comme l'un des marqueurs régaliens de son quinquennat. Il y a eu deux semaines de débats intenses à l'Assemblée nationale avec beaucoup d'abstention dans les rangs de l'opposition.

Le gouvernement n'en espérait peut-être pas tant puisque sa majorité a largement voté pour le projet de loi contre le séparatisme. Mais une partie importante de l'opposition s'est abstenue comme la patronne des députés PS, Valérie Rabault. Selon elle, tout n'est pas à jeter dans ce texte "il y a des choses qui nous conviennent dans cette loi, le fait de lutter contre la polygamie (...) Si on s'abstient, c'est parce qu'on dit 'attention vous manquez une partie du problème". Pour la députée, les manquements "sont importants".

Le Rassemblement national s'est aussi abstenu. Le député Sébastien Chenu n'a pas voulu jouer l'obstruction pure et dure : "Nous ne souhaitons pas voter contre pour ne pas nous opposer. Tout ce qui peut permettre de lutter contre l'islam radical dans notre pays doit être mis en œuvre, si petit soit-il, et bien là c'est le cas". Il affirme que les "avancées sont minuscules".

Les Républicains ont voté contre

En revanche, la droite a voté contre. Elle a tenu à se montrer plus dure et plus ferme que la majorité et Emmanuel Macron. Selon Damien Abad, patron des Républicains "ici, on a surtout un texte d'affichage, mais qui a peu de portée politique et qui aura peu de conséquences dans la vie quotidienne des Français. En conscience, on ne pourra pas dire aux Français que face à l'islamisme radical que tout a été fait". Le projet de loi va désormais passer entre les mains du Sénat où la majorité de droite pourrait durcir le texte.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Projet de loi Assemblée nationale Islam
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants