2 min de lecture Edito

Séparatisme islamiste : une semaine après le discours de Macron, le sujet a bien été saisi par l’opinion

ÉDITO - "Une semaine après, nous constatons que les oppositions sont restées modérées et que l'opinion s'est saisi du sujet et adhère au principe de la loi", explique Olivier Bost.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
La loi séparatisme bien engagée, une semaine après le discours d'Emmanuel Macron Crédit Image : Ludovic MARIN / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Paul Turban

Vendredi dernier, Emmanuel Macron prononçait son discours sur le séparatisme islamiste. Et une semaine après, on constate que le débat a été bien posé. Dans une actualité saturée de nouveau par le Covid, le discours sur le séparatisme islamiste a été entendu et, surtout, il a été bien compris

Le débat n’a pas immédiatement vrillé. Ce n’était ni gagné, ni évident, tellement Emmanuel Macron a mis de temps à établir sa pensée sur le sujet. 8 Français sur 10, dans un sondage Odoxa pour Le Figaro de ce vendredi 9 octobre, trouvent que ce projet de loi est une bonne chose

Toutes les initiatives présidentielles ne partent pas avec le même plébiscite. Le fait de nommer les choses, d’arrêter de tourner autour du sujet, est bénéfique. D’ailleurs, cela s’est vu aussi aux réactions de l’opposition. Ces réactions étaient plutôt "raisonnables", mesurées. 

Un texte qui met à jour les divisions de la gauche

Ainsi Marine Le Pen sur RTL mardi matin. Emmanuel Macron a "quelques intuitions", il "nomme les choses", certaines mesures vont dans le "bon sens", mais elles sont insuffisantes. Quand le "mais" arrive si tard chez Marine Le Pen, c’est un signeChez les Républicains, ce n’est pas très virulent non plus. À gauche, le Parti socialiste a seulement regretté le manque de mesure sociale pour s’attaquer aux discriminations, puissant moteur de l’islamisme radical. 

À lire aussi
Syrie
Syrie : des femmes détenues en grève de la faim pour réclamer leur rapatriement en France

Surtout, ce projet de loi contre le séparatisme islamiste a encore souligné la division, plus nette que jamais, entre une gauche laïcarde et républicaine, les origines de la gauche, et une extrême-gauche qui ne voit que de l’islamophobie quand on parle de ces sujets. Jean-Luc Mélenchon et ses amis de la France Insoumise n’en démordent pas. 

Une loi "pour" ou une loi "contre" ?

Une semaine après le discours, il reste quand même un doute, le nom de cette loi. Ce n’est plus la loi contre le séparatisme, c’est la loi pour la laïcité, le renforcement de la laïcité paraît-il. Cela doit être un truc d’agence de pub qu’on ne fait pas des lois "contre" mais des lois "pour". 

Ce débat est complètement inutile. Le défi pour Emmanuel Macron est d’avoir une loi qui reste aussi claire que son discours avec des mesures concrètes, le tout validé par le Conseil constitutionnel. Définir le séparatisme noir sur blanc dans une loi reste un défi, mais un défi bien engagé. 

Lire la suite
Edito Politique Islamisme
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants