1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Résultats des régionales 2021 : la fausse stabilité
2 min de lecture

Résultats des régionales 2021 : la fausse stabilité

ÉDITO - Tandis que ces élections sont une renaissance pour la droite et la gauche, LaREM et le RN ont souffert d'une très faible mobilisation.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen
Emmanuel Macron et Marine Le Pen
Crédit : AFP
Élections régionales et départementales : la fausse stabilité politique
02:51
Élections régionales et départementales : la fausse stabilité politique
02:51
Olivier Bost - édité par Marie Gingault

Tous les présidents de régions sortants ont été réélus dimanche soir, et pourtant cela ressemble à une fausse stabilité. C’est l’élection des grandes illusions, quand vous regardez la carte de France, rien ne bouge. Pas une alternance.

Rien ne bouge et pourtant rien ne sera comme avant. La perception du paysage politique ne sera plus la même. Nous avons ce matin une droite et un Parti socialiste qui voient dans ces élections leur renaissance. Un pouvoir en place qui ne veut rien y voir d’autres qu’une élection sans importance et un Rassemblement National en plein déni, qui refuse de reconnaître qu’une fois encore, il bute sur un plafond de verre. 
 
Cela change tout, alors que rien ne change. En effet, cela remet dans le paysage la droite et la gauche, qu’Emmanuel Macron voulait dépasser, ou engloutir, depuis 2017. La droite ne devra cependant pas retomber dans ses travers : l’art de s’entretuer quand il faut se choisir un chef. Pour la gauche, qui s’en sort bien aussi, c’est encore plus ardu parce qu’elle doit se rassembler alors que tant de choses la divisent. Mais les uns et les autres pensent qu’ils peuvent bousculer le duel tant annoncé entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Le simple fait qu’ils y pensent est un déjà un changement énorme. Mais tout cela est quand même à relativiser avec l’abstention, qui est un échec partagé.

Une claque pour le RN

Toutefois, cette abstention est ce matin bien plus problématique pour Marine Le Pen et pour Emmanuel Macron. Cette élection a été très rude pour la candidate du Rassemblement National. Elle a appelé ses électeurs à se mobiliser et ils n’en ont rien fait. Elle est la première victime de cette abstention et c’est une alerte très sérieuse. En 2022, ils pourraient aussi se dire que Marine Le Pen n’arrivera jamais à accéder au pouvoir. Ce n’est pas très motivant pour se rendre aux urnes. 

Emmanuel Macron avait promis de réenchanter la vie politique, or l’abstention, à l’exception des européennes, est la marque de tous les scrutins de ce quinquennat. Du second tour de la présidentielle jusqu’aux régionales d’hier. La politique n’a jamais aussi peu donné envie. Au président, seul, de retrouver une dynamique. Ce qu’il fera, dans les jours qui viennent, en jouant son va-tout : des réformes jusqu’au bout. 

À lire aussi

Hier, les électeurs ne pouvaient pas sanctionner le pouvoir en place, puisqu’il n’était sortant dans aucune région. Ils n’ont pas cru, non plus, qu’ils pouvaient hisser le parti de Marine Le Pen au pouvoir. Cela a de quoi inquiéter le duo tant annoncé, le bis repetita de la présidentielle précédente. Cette abstention, comme le réveil de l’opposition, rouvrent le jeu politique comme jamais. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/