2 min de lecture Gouvernement

Remaniement : quel rôle François Bayrou a-t-il joué ?

Le remaniement a enfin eu lieu. Pendant 15 jours, ils sont nombreux à avoir voulu en tirer les ficelles, autour du président de la République.

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy iTunes RSS
>
Remaniement : quel rôle a joué François Bayrou ? Crédit Image : Thomas Samson / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy

Le remaniement a enfin eu lieu. Et avec lui, nombreux sont ceux à avoir tiré la couverture à eux. Les uns s’attribuant de petites victoires, les autres attribuant au Premier ministre des défaites supposées. Le rôle joué par François Bayrou dans ce remaniement a par exemple beaucoup été commenté mardi 16 octobre, y compris par le principal intéressé. "Je suis assez content de montrer qu’on peut faire de la politique avec des préoccupations de DRH", a-t-il confié au journal Le Point en privé.

Entre autre perles, le même hebdomadaire révélait mardi 16 octobre, sur son site, ce conseil lancé par Emmanuel Macron à Edouard Philippe, alors que le Premier ministre poussait la candidature du sarkozyste Frédéric Péchenard à l’Intérieur : "Si tu le veux, va convaincre Bayrou !" 

Autre mouvement commenté : l’inconnue de Bercy qui s’est en allée aussi discrètement qu’elle était arrivée. Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Économie Bruno Le Maire a été remerciée, comme annoncé depuis plusieurs jours. "Elle avait été mise là par le Premier ministre", rappelait, non sans arrière-pensée, un conseiller ministériel peu intéressé à la réussite d’Édouard Philippe.

Agnès Pannier-Runacher entre à Bercy

"Ça n’a pas vraiment été fait dans les formes. Elle en a été affectée", m’a-t-on encore dit du côté de Bercy où elle n’avait, en effet, jamais réussi à trouver sa place. "DGS", comme on la surnommait là-bas, se serait vue notifier une première fois qu’elle sortait du gouvernement. Un parlementaire a été envisagé pour la remplacer, avant que l’hypothèse ne tombe à l’eau.

À lire aussi
Des trains de la SNCF (illustration) SNCF
SNCF : "le gouvernement vit actuellement une crise d'autorité" dit Olivier Mazerolle

On l’a alors "rebranchée" avant de décider une bonne fois pour toutes de la pousser dehors. Agnès Pannier-Runacher, qui entre à Bercy à sa place, aura plutôt en charge les dossiers industriels. Bercy, où l’on ne se privait pas de rappeler, l’air de rien, que l’entrée de l’ex-LR Franck Riester au ministère de la Culture n’avait pas tant été poussée par le Premier ministre que par Bruno Le Maire, dont Franck Riester a été l’un des principaux soutiens pendant la primaire, avant de rallier Alain Juppé.

Le retour de Nathalie Kosciusko-Morizet

Nathalie Kosciusko-Morizet fait son retour. Non pas en France, ni en politique, mais dans le débat public tout de même. Jeudi 18 octobre paraîtra dans les colonnes du journal L’Opinion la première d’une série de chroniques mensuelles écrites depuis New-York par l’ancienne ministre et candidate à la primaire de la droite, intitulée "Fessée". Il y sera question de Donald Trump, d’Emmanuel Macron, des deux corps du roi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Remaniement ministériel Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants