4 min de lecture Parti socialiste

Remaniement, cap social-libéral assumé : le PS est au bord de l'éclatement

VIDÉOS - Tiraillé entre une aile gauche frondeuse et le cap social-libéral du couple exécutif, le PS voit son unité s'étioler.

Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem à La Rochelle samedi 30 août 2014
Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem à La Rochelle samedi 30 août 2014 Crédit : AFP
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière
Journaliste RTL

La rentrée n'a pas été de tout repos pour la majorité. Après un week-end marqué par les déclarations fracassantes d'Arnaud Montebourg sur la politique du gouvernement, Manuel Valls et François Hollande ont procédé à un nouveau remaniement ministériel. Retour sur la semaine où l'exécutif a affiché clairement la couleur du social-libéralisme, quitte à faire grincer les dents de l'aile gauche du PS.

Lundi, Valls affirme son leadership

Après la nouvelle sortie d'Arnaud Montebourg, qui réclamait un changement de cap économique, Manuel Valls tranche. Pour clarifier la ligne sociale libérale défendue par François Hollande, il décide de présenter la démission de son gouvernement. François Hollande le conforte et le charge de former une nouvelle équipe.

>
Elizabeth Martichoux - Pourquoi François Hollande et Manuel Valls ont-ils opté pour la demission du gouvernement ? Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Date :

Mardi, Valls II, gouvernement de "clarté"

Pour composer sa nouvelle équipe, Manuel Valls consulte tous azimut. Il reçoit à Matignon les membres de son gouvernement démissionnaire et de nombreuses personnalité de gauche. C'est finalement depuis le perron de l'Élysée que Jean-Pierre Jouyet, le secrétaire générale des lieux, annonce  la composition du nouveau gouvernement. Après son équipe de combat, Manuel Valls tient son gouvernement de "clarté".

En tout, ce sont donc 16 ministres et 17 secrétaires d'État sont nommés. Après réflexion, les Verts décident de ne pas participer au gouvernement Valls 2. Les radicaux de gauche, eux, sont présents en la personne de Christiane Taubira, qui conserve son fauteuil de Garde des Sceaux.

>
VIDÉO - Remaniement ministériel : un gouvernement "plus homogène" mais "affaibli", selon Alain Duhamel Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : Fanny Bonjean / RTL.fr | Date :
À lire aussi
Bernard Cazeneuve, lors de la passation de pouvoir avec Édouard Philippe à Matignon, le 15 mai 2017 Présidentielle 2022
Présidentielle 2022 : après avoir fait naître des espoirs, Cazeneuve enterre toute ambition

Plus tôt dans l'après-midi, plusieurs ministres démissionnaires ont fait savoir qu'ils ne souhaitaient pas rempiler au sein de la nouvelle équipe. Parmi eux, Benoit Hamon, Aurélie Filippetti ou encore Frédéric Cuvilliers.

La rédaction vous recommande

Mercredi, Valls ovationné par le Medef

Au lendemain de l'annonce de la formation du gouvernement Valls 2, tous les yeux sont rivés sur Emmanuel Macron, le nouveau ministre de l'Économie. Ancien banquier d'affaire chez Rotschild, cet énarque de 36 ans est l'un des artisans du pacte de responsabilité, qui prévoit de favoriser une politique de l'offre favorable aux entreprises plutôt que de soutenir la demande par la relance. À l'aile gauche du parti, et notamment chez les frondeurs, cette nomination passe mal. 

Le même jour, Manuel Valls est de passage à l'université d'été du Medef. Après un véritable plaidoyer pour l'entreprise, le Premier ministre reçoit une standing ovation du parterre de patrons présents à Jouy-en-Josas. Une scène étonnante qui ne manque pas de jeter le trouble dans les rangs socialistes.

>
VIDÉO - Gouvernement Valls 2 : la "suite logique" du "coming-out" de François Hollande Crédit Média : Fanny Bonjean / RTL.fr | Durée : | Date :

Jeudi, premier vrai-faux couac pour Macron

Le gouvernement Valls 2 n'aura pas tenu longtemps avant son premier couac. Dans une interview au Point, donnée avant sa nomination à Bercy, Emmanuel Macron explique qu'il est favorable à des dérogations aux 35 heures.

Matignon dément illico, même si la formule pour le faire n'est pas très explicite. Le gouvernement "n'a pas l'intention de revenir sur la durée légale du travail à 35 heures", dont la modification éventuelle "relève de discussions entre partenaires sociaux" que l'exécutif "respectera", assure l'entourage du Premier ministre.

Du côté des parlementaires, 200 députés socialistes publient une tribune dans Le Monde. Contrairement aux frondeurs, ils affichent leur soutien à François Hollande.

Vendredi, Valls détricote la loi Duflot

Au lendemain d'un aller-retour express à La Rochelle, où il a rencontré des élus locaux, Manuel Valls braque une nouvelle fois les projecteurs sur lui, en annonçant le remplacement de la loi Alur de Cécile Duflot par le dispositif Pinel. Au passage, la majorité tire une croix sur une promesse de campagne, l'encadrement des loyers, et fait avaler une nouvelle couleuvre aux Verts, toujours dans la majorité parlementaire.

Samedi, Taubira et Aubry défient Valls

À l'université d'été de La Rochelle, les frondeurs font salle à part. Réunis sous la bannière "Vive la gauche", ils reçoivent une invitée de marque en la personne de la ministre de la Justice. "J'ai été invitée il y a plusieurs  semaines, je crois qu'on peut entendre les débats. Je ne vois vraiment pas où est le problème", se justifie-t-elle mollement tout en se disant prête à assumer sa bravade.

Opération déminage pour Manuel Valls, qui minimise la sortie de la garde des sceaux en martelant que "la cohérence, la clarté, la cohésion voulues par le président de la République ne sont évidemment pas mises en cause".

Moment choisi par Martine Aubry pour sortir de sa réserve. Absente de l'université d'été socialiste, la maire de Lille provoque le Premier ministre en demandant l'application à Lille et dans d'autres villes de l'encadrement des loyers, 24 heures à peine après que le Premier ministre a annoncé que la mesure phare de la loi Duflot serait limitée à Paris.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Parti socialiste Gouvernement Valls 2 Université d'été PS
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants