3 min de lecture Réforme des retraites

Retraites : âge pivot, CFDT, régimes spéciaux... Édouard Philippe était l'invité de RTL

INVITÉ RTL - Avant la rencontre avec les partenaires sociaux sur le dossier des retraites, le Premier ministre a répondu aux questions d'Alba Ventura et François Lenglet.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Édouard Philippe était l'invité de RTL le 7 janvier 2020 Crédit Image : Thomas SAMSON / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
et Sylvain Zimmermann

Édouard Philippe était l’invité exceptionnel de la matinale de RTL présentée par Yves Calvi ce mardi 7 janvier avant la reprise des discussions sur la réforme des retraites. Le Premier ministre a répondu aux questions d’Alba Ventura et de François Lenglet

Le chef du gouvernement a réitéré "son souhait d'aboutir aussi vite que possible à un compromis" avec les partenaires sociaux sur les retraites et a précisé qu'il introduirait la réunion de reprise du "nouveau cycle de discussions" mardi, selon Matignon. 

Édouard Philippe a également souligné que le gouvernement avait "mis avant les fêtes un bon compromis sur la table, qui ne revient pas sur le principe de la suppression des régimes spéciaux, mais qui assure un rythme de transition sans brutalité pour les personnels concernés".

L'interview d'Édouard Philippe

8h07 - Merci à tous d'avoir suivi ce live. Retrouvez toutes les déclarations d'Édouard Philippe au micro de RTL sur RTL.fr.

8h - Est-ce que l'escalade entre les États-Unis et l'Iran menace notre sécurité en France ? "Je n'ai jamais caché que la menace terroriste en France était élevée. L'oublier se serait une folie. L'actualité récurrente nous montre que le risque d'un passage à l'acte en France ne disparaît pas", déclare Édouard Philippe. 

À lire aussi
L'invité de RTL du 31 juillet 2020 réforme des retraites
Réforme des retraites : "On décale mais on ne renonce pas", assure Franck Riester sur RTL

7h54 - "J'assume de prendre mon temps et de prendre le temps nécessaire pour faire cette réforme", déclare Édouard Philippe qui rappelle avoir fixé un calendrier avec le projet de loi présenté en Conseil des ministres le 24 janvier. L'examen à l'Assemblée nationale commencera à la fin du mois de février et que le texte sera adopté au mois de mars. 

7h53 - Selon Le Parisien, "le nombre d’agents de la RATP malades a été multiplié par trois pendant la grève". Selon Édouard Philippe, "ceux qui souhaiteraient se placer en arrêt maladie pour faire grève se placerait dans une situation qui est illégale. J'ai demandé à la SNCF et à la RATP d'accélérer et d'accroître leurs contrôles sur ceux qui donnent le sentiment d'utiliser la possibilité de se placer en arrêt maladie pour faire grève".

À lire aussi

7h52 - "La mobilisation, la grève a un peu diminué. Je ne redoute pas du tout des problèmes d'approvisionnement (...) Le droit de blocage est parfaitement illégal, il n'est pas légal de bloquer des dépôts de carburants. J'ai demandé aux préfets de mobiliser les forces de l'ordre pour faire en sorte qu'il n'y ait pas de blocages de dépôts. Nous veillons à ce qu'il n'y ait pas de difficultés d'approvisionnement", explique le Premier ministre. 

L'approvisionnement en carburant de la France s'organise autour d'une logistique complexe, avec huit raffineries et 200 dépôts - que la CGT souhaite bloquer jusqu'à vendredi - mais aussi des importations et des stocks stratégiques mobilisables en cas de crise.  Le pays compte un réseau de 11.000 stations, dont 6.000 traditionnelles et 5.000 attachées aux super et hypermarchés. Chacune dispose d'une autonomie de deux à trois jours dans ses cuves, si bien qu'une perturbation de l'approvisionnement ne se fait pas forcément sentir immédiatement. 

7h47 - "Les régimes spéciaux vont disparaître mais la transition prendra un peu de temps. Nous avons fait un système de transition qui permet d'aller vers le système universel et avec un horizon défini", explique Édouard Philippe

7h43 - Pour éviter l'"âge d'équilibre", Laurent Berger a suggéré l'organisation d'une "conférence de financement" sur les retraites "jusqu'à fin juillet". Une "bonne idée", lui répond Édouard Philippe. 

À lire aussi

7h41 - L'âge pivot est le point de crispation avec les syndicats et notamment la CFDT. "Je ne suis fermé sur aucune modalité. Je suis attaché à un principe qui est que cette réforme ne soit pas irresponsable et qui ne se poserait pas la question de comment on finance les avancées (...) On est prêt à faire des avancées. Elles doivent être garanties avec l'équilibre du système", explique Édouard Philippe.

À lire aussi

7h38 - "J'ai le respect des organisations syndicales", déclare Édouard Philippe. "Je suis ouvert à des discussions sur beaucoup de sujets. J'entends parfois d'excellentes idées", ajoute-t-il en expliquant avoir commencé avec le gouvernement à travailler sur la pénibilité, à la retraite minimale. "La discussion est progressive et peut donner le sentiment d'être lente mais c'est parce que nous traitons beaucoup de sujets, avec beaucoup d'acteurs". 

7h37 - Comment sortir de la crise dans le dossier des retraites ? "On en sort en avançant et en discutant. On rappelle la détermination du gouvernement et de la majorité à faire cette réforme de justice sociale. On discute aussi", explique Édouard Philippe qui se dit "extrêmement déterminé" à conserver le principe d'universalité

7h32 - Bonjour à tous et bienvenue dans ce live !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme des retraites Édouard Philippe Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants