4 min de lecture Édouard Philippe

Réforme des retraites : 8 points à retenir du discours d'Édouard Philippe

ÉCLAIRAGE - Le Premier ministre a précisé les contours de la réforme des retraites pour la génération 1975, mais aussi pour les enseignants, les policiers et les forces de l'ordre. Il a aussi annoncé la mise en place d'un âge d'équilibre à 64 ans.

Edouard Philippe, lors de la présentation de la réforme des retraites, le 11 décembre 2019
Edouard Philippe, lors de la présentation de la réforme des retraites, le 11 décembre 2019 Crédit : Thomas SAMSON / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Près d'une heure de discours pour refonder un système de retraites. Edouard Philippe s'est longuement exprimé, ce mercredi 11 décembre, en détaillant précisément le fond de la réforme, le calendrier et les enjeux à venir pour les Français. 

Le premier ministre a débuté son discours, sans détour, en assurant que "le temps du système universel est venu celui des régimes spéciaux s’achève". Il a ainsi répondu à ses adversaires politiques en assurant qu'"en toute sincérité", "l’ambition d'universalité portée par le gouvernement est une ambition de justice sociale. Nous ne stigmatisons personne (...) Il n'y aura ni vainqueur, ni vaincu". Il rejette ainsi la critique faite au duo exécutif d'un agenda caché. 

Décalage dans l'application de la réforme, périodes de transition pour les régimes spéciaux, éventuelle revalorisation des carrières de la fonction publique, notamment des enseignants, âge pivot, pénibilité... Le chef du gouvernement a ainsi levé le voile sur la réforme des retraites. "Une ligne rouge a été franchie", selon Laurent Berger le secrétaire général de la CFDT qui s'était positionné contre un âge pivot à 64 ans.

1. Un système universel et par point

La fin des régimes spéciaux de retraites et le lancement d'un régime universel. Ce sont les mots d'ordre du premier ministre. Ce dernier a précisé que le système de retraites sera un système par point. 

À lire aussi
Édouard Philippe, au Havre le 5 juillet 2020 Édouard Philippe
Édouard Philippe : 43% des Français veulent qu'il ait davantage d'influence en politique

Quelle valeur ce point aura-t-il ? Les partenaires sociaux fixeront la valeur du point "sous le contrôle du Parlement", a-t-il assuré. "La loi prévoira une règle d'or pour que la valeur du point acquis ne puisse pas baisser" avec "une indexation non pas sur les prix mais sur les salaires qui dans notre pays augmentent plus vite", a précisé le Premier ministre.

2. Les générations 1975 et 2004

Édouard Philippe l'a clairement affirmé : les Français nés avant 1975 "ne seront pas concernés" par la réforme des retraites.  Quant à la génération 2004, celle "qui aura 18 ans en 2022", elle sera "la première à intégrer le système universel de retraite" a-t-il affirmé.

Pour les autres "la transition sera très progressive" a-t-il ajouté, assurant que "toute la partie de carrière effectuée jusqu'à 2025 donnera lieu à une retraite calculée sur les anciennes règles" et que "seules les années travaillées à partir de 2025 seront régies par le système universel".

3. Un âge d'équilibre à 64 ans

En évoquant "un langage de vérité", le chef du gouvernement a assuré que l'âge de départ à la retraite ne serait pas reculé et donc le maintient à 62 ans. "C'est un principe de liberté auquel nous voulons rester fidèles". Néanmoins, il ajoute : "Sans les y forcer, nous allons devoir inciter les Français à travailler plus longtemps". 

Il a ensuite évoqué un "âge d'équilibre" en 2027 et un "système de bonus-malus".

"Pour atteindre l'âge d'équilibre de 64 ans en 2027, il nous faudra mettre en place un système de bonus-malus qui incitera les Français à travailler plus longtemps", a-t-il déclaré devant le CESE en détaillant les grandes lignes de la réforme.

4. Des mesures adressées aux forces de l'ordre

Les forces de l’ordre, pompiers, gardiens de prison garderont leurs avantages particuliers : "Le président de la République disait que le système universel ne signifiait pas la négation de toute spécificité". Le chef du gouvernement confirme donc aux forces de sécurité que "ceux exposés aux missions dangereuses", dans le cadre de leurs missions régaliennes, conserveront leurs avantages.

5. Quid des enseignants et des aides soignants ?

Le niveau des pensions des enseignants sera "sanctuarisé", a souligné le Premier ministre Edouard Philippe en présentant la réforme des retraites du gouvernement, très contestée dans le monde de l'éducation.

"Nous inscrirons dans la loi la garantie selon laquelle le niveau des retraites des enseignants sera sanctuarisé et comparable au niveau des retraites des fonctions ou des métiers équivalents dans la fonction publique", a-t-il annoncé. "Nous engagerons avant la fin du quinquennat les revalorisations nécessaires pour maintenir le niveau des pensions" des enseignants, "nous le ferons progressivement et nous commencerons dès 2021", a-t-il également assuré précisant que les "enseignants ne perdront pas un euro de pension".

Concernant les aides-soignants, "je suis attentif à leur situation. Nous savons tous ce que l’hôpital leur doit. Près de deux tiers resteront au régime actuel. Nous prendrons les mesures nécessaires à une transition qui prennent en compte leur travail. nous mettrons en place un temps partiel en fin de carrière", a-t-il notamment déclaré. 

Le premier ministre a ensuite promis de "construire des transitions spécifiques pour les artisans, les indépendants, les professions libérales. La réforme de la CSG et de la cotisation vieillesse sera mise en oeuvre au 1er janvier 2022".

6. Un système gagnant pour les femmes

"Les femmes seront les grandes gagnantes" de la réforme. Le chef du gouvernement l'assure. Le nouveau système accordera notamment "des points supplémentaires pour chaque enfant, et ce dès le 1er enfant, et non à partir du 3ème comme aujourd'hui", a-t-il expliqué.

Edouard Philippe a aussi annoncé une majoration pour "les parents de familles nombreuses" en présentant le projet de réforme des retraites. "Au-delà des 5% par enfant, nous accorderons 2% supplémentaires aux parents de familles nombreuses de 3 enfants et plus", a-t-il précisé.

7. Une retraite minimum de 1.000 euros

Le système des retraites réformé garantira "une pension minimale de 1.000 euros net par mois pour une carrière complète au SMIC", a assuré ce mercredi le Premier ministre. "Le système universel permettra de mieux protéger les Français les plus fragiles, qui sont de fait trop souvent les oubliés du système", a-t-il plaidé, précisant que ce minimum de pension "sera garanti par la loi à 85% du SMIC dans la durée et évoluera comme celui-ci".

8. Quel calendrier ?

Le projet de loi sur la réforme des retraites sera soumis au conseil des ministres le 22 janvier et discuté au Parlement fin février, a indiqué Edouard Philippe. "Le projet de loi de réforme des retraites sera prêt à la fin de l'année, nous le soumettrons au conseil des ministres le 22 janvier et il sera discuté au Parlement à la fin du mois de février", a souligné le chef du gouvernement en présentant le détail de cette réforme controversée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Édouard Philippe Réforme des retraites Retraites
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants