1 min de lecture Primaire PS

Primaire de la gauche : Delanoë torpille Peillon et Valls

L’ancien maire de Paris refuse de soutenir un candidat, mais ne cache pas sa sympathie pour Benoît Hamon.

Bertrand Delanoë au Parc des Princes le 7 mars 2015
Bertrand Delanoë au Parc des Princes le 7 mars 2015 Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Il y a quelques mois, Bertrand Delanoë s’imaginait déjà en porte-voix de François Hollande pour l’élection présidentielle. Le renoncement du chef de l'État a finalement laissé l’ancien maire de Paris orphelin du président de la République et les candidats en lice à la primaire de la Belle Alliance populaire ne semblent plus trouver grâce à ses yeux.

Auprès de ses proches, le natif de Tunis se permet même des piques sévères à destination de plusieurs candidats, selon Le Journal du Dimanche, exceptionnellement paru ce samedi 24 décembre. On y découvre ainsi que la candidature de dernière minute de Vincent Peillon constitue "une plaisanterie" pour Bertrand Delanoë. Manuel Valls en prend aussi pour son grade : "Le coup de poignard donné dans le dos de François Hollande est vraiment trop visible".

S’il refuse d’adouber un des sept prétendants, Benoit Hamon bénéficie de plus d’indulgence que ses rivaux. L’ancien ministre de l’Éducation nationale constitue bien le candidat "le plus sympathique et le plus cohérent" pour Bertrand Delanoë. "Mais sa ligne politique est à l’opposé de la mienne", aurait-il ajouté.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire PS Élection présidentielle Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants