2 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle : une centaine de membres des Jeunes avec Juppé rallient Macron

Dans une tribune publiée lundi 13 mars dans "L'Obs", les soutiens d'Alain Juppé dénoncent la "triple radicalisation" de François Fillon.

Emmanuel Macron le 4 mars 2017 à Caen (Calvados).
Emmanuel Macron le 4 mars 2017 à Caen (Calvados). Crédit : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Félix Roudaut
Félix Roudaut

"Nous, anciens responsables, animateurs et membres des Jeunes avec Juppé, avons décidé de nous engager aux côtés d’Emmanuel Macron". Concise, la première phrase de cette tribune publiée par une centaine de jeunes soutiens du maire de Bordeaux dans LObs, lundi 13 mars, révèle le malaise qui subsiste chez les juppéistes, malgré le retrait de leur chef, "une bonne fois pour toute", de la campagne présidentielle.

Immixtion de Sens Commun dans la campagne, programme trop droitier, invectives contre la presse, la justice et ses opposants... Ces jeunes "venus de tous horizons" dénoncent la "triple radicalisation de François Fillon". "Nous ne nous reconnaissons pas dans cette droite qui a fait le choix de Sens Commun, d'un candidat qui ne respecte pas la parole donnée et qui a délaissé nos différentes sensibilités", fustigent ces proches de l'édile bordelais, pour qui François Fillon "emmène avec lui sa famille politique dans une impasse" et prend le risque de faire gagner le FN en mai prochain.

Faire barrage aux extrêmes

Un désamour qui pousse les auteurs de la tribune, dont de nombreux cadres des Jeunes avec Juppé, comme Jérémie Patrier-Leitus, François Vilar et Mathilde Pigné, à grossir les rangs du mouvement "En Marche !". À leurs yeux, Emmanuel Macron est le seul capable de "faire vivre [leurs] idées progressistes et humanistes et battre Marine Le Pen". Et de partager avec Alain Juppé la conviction que les "Français veulent un profond renouvellement de leurs dirigeants politiques".

Cette tribune n'a pas manqué de faire réagir les Jeunes avec Juppé. Sur Twitter, le mouvement souhaite rappeler que "bien qu'il se soit mis en retrait de la campagne de François Fillon, il n'est pas pour autant question de rejoindre un autre candidat" et qu'ils "restent attachés au redressement de la France que seule l'alternance rendra possible". Quoi qu'il en soit, il s'agit d'une belle prise pour Emmanuel Macron, qui tente de séduire l'électoral du chiraquien, comme en témoigne son déplacement à Bordeaux (Gironde), jeudi 9 mars.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Les Républicains François Fillon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants