1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : sur quoi la gauche peut-elle se rassembler ?
5 min de lecture

Présidentielle 2022 : sur quoi la gauche peut-elle se rassembler ?

Avec Roussel en meeting à Marseille, Taubira qui assure qu'elle se battra jusqu'au bout, Jadot qui croit à une victoire de l'écologie, Cazeneuve et Aubry qui volent au soutien d'Hidalgo... la gauche est plus divisée que jamais. Sur quels points peut-elle s'accorder?

De droite à gauche : Christiane Taubira, Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon et Fabien Roussel.
De droite à gauche : Christiane Taubira, Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon et Fabien Roussel.
Crédit : AFP
Marine Derquenne

La gauche est toujours dans le flou et la désunion, plus divisée que jamais. De son côté, Fabien Roussel revigore sa campagne en tentant de marquer la différence à gauche. Bernard Cazeneuve et Martine Aubry volent au secours d'Anne Hidalgo pour tenter de dynamiser sa campagne. Tandis que Christiane Taubira assure au JDD qu'elle se battra "jusqu'au bout pour que la gauche remporte cette élection", Yannick Jadot affirme sur le plateau de BFMTV qu'il y a "une perspective extraordinaire et réelle de victoire de l'écologie". 

Or, dans le dernier sondage BVA pour Orange et RTL, seul Jean-Luc Mélenchon tire son épingle du jeu, creusant l'écart avec ses concurrents à gauche en obtenant 10% des intentions de vote.


Même une semaine après la victoire de Christiane Taubira à la primaire populaire, il y a toujours autant de candidats à gauche. Comment pourraient-ils se rassembler ? Sur quels sujets les idées des candidats de la gauche convergent-ils ? Les projets sont-ils si incompatibles ?

Les sujets qui rassemblent les candidats de gauche

Tous les candidats de gauche promettent, s'ils sont élus, d'augmenter le salaire minimum. Anne HidalgoChristiane TaubiraJean-Luc MélenchonYannick Jadot prévoient d'augmenter le smic de 15% jusqu'à 1.400 euros. Le candidat du parti communiste, Fabien Roussel, propose quant à lui d'augmenter le smic à 1.500 euros nets. 

À écouter aussi

Pour l'environnement, Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon et Anne Hidalgo souhaitent unanimement créer une forme d' "ISF climatique", avec plus ou moins de nuances. L'idée serait de restaurer l'ISF, l'impôt de solidarité sur la fortune, et de l'indexer sur l'impact carbone des placements financiers des ménages les plus riches de afin réintroduire de la justice sociale dans la fiscalité écologique. 

Dans son programme, Anne Hidalgo précise que "les placements liés aux énergies fossiles seront surtaxés". Si Yannick Jadot est élu, l'ISF touchera les patrimoines supérieurs à 2 millions avec un taux de base progressif et un bonus-malus de plus ou moins 0,5% calculé selon l'empreinte carbone des actifs détenus. Jean-Luc Mélenchon propose de renforcer l'ISF en incluant "un volet climatique visant à taxer les gros pollueurs". 

Les candidats unanimes sur le volet santé

En ce qui concerne le volet santé de leur programme, les candidats de la gauche plaident pour davantage de moyens et de recrutements. Anne Hidalgo, Jean-Luc Mélenchon et Fabien Roussel promettent de s'attaquer aux 5.700 fermetures de lits opérés en 2020. 

Plus précisément, Jean-Luc Mélenchon veut former 100.000 soignants tandis que Anne Hidalgo souhaite accroître "les capacités d'accueil des facultés de médecine afin qu'elles forment jusqu'à 15.000 nouveaux médecins par an". Christiane Taubira veut recruter 100.000 soignants, Fabien Roussel veut créer 100.000 postes à l'hôpital public. Quant au candidat écologiste, il prévoit de recruter 100.000 infirmiers en trois ans.
 
La plupart des candidats de gauche veulent également s'attaquer à la tarification des actes médicaux à l'acte. Fabien Roussel et Jean-Luc Mélenchon souhaitent les abroger immédiatement, tandis que la candidate socialiste Anne Hidalgo propose de sortir partiellement de ce système, en le remplaçant par une "dotation d'État qui tienne compte des besoins locaux de santé publique".

Les points de frictions sur la jeunesse et l'âge de la retraite

Sur la forme, les candidats de gauche sont tous d'accords pour attribuer une aide financière aux jeunes. Chaque proposition varie néanmoins sur le fond. 

Christiane Taubira propose de créer une dotation pour l'autonomie des jeunes qui garantira à chacun pendant cinq ans 800 euros mensuels. En ce qui concerne Anne Hidalgo, elle souhaite attribuer une dotation en capitale à hauteur de 5.000 euros à chaque jeune à ses 18 ans. Le candidat de La France Insoumise veut attribuer une allocation d'autonomie de 1.063 euros par mois pour les étudiants de l'enseignement supérieur ou des lycées professionnels. Quant à Fabien Roussel, il propose d'allouer une somme de 850 euros par mois pour tous les étudiants, qui pourra être modulée à la hausse pour les jeunes des milieux les plus modestes.

En ce qui concerne l'âge de la retraite, les positions divergent légèrement. Jean-Luc Mélenchon prône le retour de l'âge légal de départ à 60 ans pour 40 années de cotisation, contre 37,5 années de cotisation pour Fabien Roussel. Anne Hidalgo et Yannick Jadot ne veulent pas reculer l'âge légal de départ au-delà de 62 ans.

Des désaccords concernant la sécurité et la justice

Sur la sécurité, Jean-Luc Mélenchon veut "refonder les activités de police pour garantir le droit à la sûreté" des citoyens, tout en démantelant les brigades anti-criminalité et en abrogeant les "lois sécuritaires inefficace". 

Anne Hidalgo n'est pas d'accord avec lui quant à la considération des policiers. Sur LCI, elle a fait savoir que "Les propos de Jean-Luc Mélenchon sont très choquants (...) ce qu'i propose est dangereux pour le pays". Les communistes n'ont pas non plus la même vision des forces de l'ordre "il est inadmissible de s'en prendre aux policiers" estime Fabien Roussel, qui considère la sécurité comme "un droit fondamental" et prône "une politique de sanction et de répression ferme" contre ceux qui s'en prennent aux "détenteurs de l'autorité".

Sur la légalisation du cannabis, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot y sont favorables. La candidate socialiste veut instaurer une conférence de consensus sur cette question. Fabien Roussel y est défavorable. 

La désunion de la gauche sur le nucléaire, la laïcité, l'Europe, la structure de l'État

Si ces désaccords peuvent être surmontables, d'autres sujets divisent davantage la gauche et justifient leur désunion. Il s'agit principalement de l'Europe, de la laïcité et de la structure de l'État. Tandis que Yannick Jadot plaide pour une Europe fédérale, Jean-Luc Mélenchon veut désobéir aux traités qui feraient obstacle à l'application de son programme "l'Avenir en commun".

Sur le nucléaire aussi, les positions divergent. Tandis que le nucléaire prend une place centrale dans le programme de Fabien Roussel, Yannick Jadot et Anne Hidalgo veulent en sortir pour basculer vers le tout renouvelable d'ici à 2050 pour la candidate socialiste, et d'ici  à 2045 pour le candidat écologiste. Jean-Luc Mélenchon, qui avait pour ambition de sortir du nucléaire avant 2045, se dit ouvert à un projet de référendum sur cette question.

Malgré les convergences, certaines fractures demeurent donc entre les candidats de gauche. Ce qui est sûr, c'est qu'ils sont tous unis contre le bilan d'Emmanuel Macron et sa manière de gouverner. Sur les autres sujets, si une union doit avoir lieu, il faudra que les candidats fassent des compromis.

L'ancienne ministre de la Justice, Christiane Taubira, y croit. Elle avait lancé, dans une tribune publiée dans Le Monde, que "à gauche, nos convergences sont suffisantes pour nous permettre de gouverner ensemble cinq ans". Après sa victoire, elle avait appelé au rassemblement "des gauches" et de "leurs sensibilités". 

Mais les autres candidats ne sont pas du même avis. Fabien Roussel, le candidat officiel du parti communiste, avait affirmé qu'il y avait "beaucoup de différences entre nous tous" le 9 décembre dernier, après la proposition d'Anne Hidalgo d'une primaire de la gauche.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/