1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : pourquoi Mélenchon va-t-il débattre avec Zemmour ?
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : pourquoi Mélenchon va-t-il débattre avec Zemmour ?

Alors qu'il estimait qu'il ne fallait pas entrer "dans des débats puants avec Zemmour", Jean-Luc Mélenchon va débattre avec le polémiste ce jeudi 23 septembre à la télévision.

Jean-Luc Mélenchon, le 18 janvier 2019
Jean-Luc Mélenchon, le 18 janvier 2019
Crédit : Christophe SIMON / AFP
Aurélie Herbemont - édité par William Vuillez

C'est le revirement du jour : Jean-Luc Mélenchon va débattre jeudi soir 23 septembre avec Éric Zemmour sur BFMTV. "Est-ce qu’on va se laisser enfermer dans des débats puants avec Zemmour et compagnie ?", disait pourtant le chef de fil de la France insoumise il y a trois jours dans Libération. Il n'y a "aucun paradoxe" réplique son entourage car pour ne pas se laisser enfermer dans les débats puants avec Zemmour, il faut, nous dit-on, aller "combattre l'extrême droite en face".

Avec ce débat, l'objectif de Jean-Luc Mélenchon est de "dégonfler la baudruche Zemmour", affirme un de ses lieutenants. Pas question de laisser le polémiste aspirant candidat faire campagne sans contradicteur. "Il est important que quelqu'un relève le gant", dit un mélenchoniste, pour "confronter deux visions de société" radicalement différentes. L'insoumis veut emmener Éric Zemmour sur d'autres terrains que l'immigration et l'islam, comme l'écologie, le social, des thèmes délaissés par le polémiste.

Ça ne sera pas leur premier débat, puisqu'ils ont déjà débattu, sur RTL, en 2014, dans un contexte très différent. Éric Zemmour n'était "que" journaliste, il venait de publier Le Suicide Français. Des retrouvailles des années après donc, alors que l'insoumis a toujours refusé d'aller dans l'émission d'Éric Zemmour sur CNews. "Il est central dans le débat, à un moment il faut y aller", se défend un mélenchoniste pour ne pas être accusé de faire le jeu du polémiste. 

Ce sera donc sur BFM jeudi soir en prime time. Les deux camps font monter la pression sur Twitter comme pour un match de boxe : "Mélenchon versus Zemmour" d'un côté, de l'autre "Zemmour versus Mélenchon". 

Chez les Verts, personne n'a tué le match

À lire aussi

Pendant ce temps-là, les socialistes surveillent ce qui se passe chez les écologistes, avec un second tour de la primaire verte qui opposera Yannick Jadot à Sandrine Rousseau. le candidat écolo le plus connu, et le moins radical, n'a que deux points d'avance sur sa rivale. S'il perd, ça fera les affaires de la candidate PS Anne Hidalgo

Un socialiste balance : "Cette primaire est un boulet pour lui. Même s'il gagne, il a sur le dos une woke, une décroissante et un gauchiste avec lesquels il devra compter". Sandrine Rousseau est dans le rôle de la woke, c'est à dire la défenseuse des minorités. La décroissante, c'est l'ancienne ministre Delphine Batho et le gauchiste, c'est le maire de Grenoble Éric Piolle. Les 4 ont fait plus de 22% au premier tour, personne n'a tué le match.  

Le bon point du jour

Le bon point du jour, il est attribué par Bruno Le Maire à Anne Hidalgo. Le ministre de l'Économie et des Finances est évidemment hostile au doublement des salaires des enseignants proposé par la socialiste. "Elle a pris ça par le mauvais bout sans demander de contreparties aux profs", confie Bruno Le Maire. Mais cette proposition a un intérêt selon lui : "Mettre l'éducation dans le débat présidentiel", sujet majeur aux yeux du ministre qui ne semblait pas jusqu'ici en tête des priorités des autres candidats.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/