1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : Pécresse en attente du soutien de Sarkozy pour booster sa campagne
3 min de lecture

Présidentielle 2022 : Pécresse en attente du soutien de Sarkozy pour booster sa campagne

DÉCRYPTAGE - La candidate Les Républicains à l'élection présidentielle mentionne régulièrement le bilan de Nicolas Sarkozy dans ses déclarations publiques.

Valérie Pécresse et Nicolas Sarkozy, le 7 novembre 2015
Valérie Pécresse et Nicolas Sarkozy, le 7 novembre 2015
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Marie-Pierre Haddad

Un soutien incontournable dans cette présidentielle. Retiré de la vie politique, Nicolas Sarkozy joue le rôle d'un parrain dont l'avis est encore central chez Les Républicains. Au coude-à-coude dans les sondages avec Marine Le Pen, Valérie Pécresse est dans l'attente d'un signe de la part de l'ancien président de la République. 

Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria pour Le Monde, la Fondation Jean Jaurès et le Cevipof publié le 22 janvier, Emmanuel Macron continue de dominer les intentions de vote. Le chef de l'État arriverait largement en tête du premier tour avec 25% des intentions de vote, devant Valérie Pécresse et Marine Le Pen (RN) à égalité à 15,5%. Au second tour, Emmanuel Macron obtiendrait 54% des voix face à Valérie Pécresse (46%), et 57% contre Marine Le Pen (43%). 

La candidate Les Républicains soigne donc sa droite à coups de référence : ressortir le "Karchër" de Nicolas Sarkozy pour "nettoyer les quartiers", prôner une école "où l’élève se lève quand le professeur entre dans la classe", comme l'avait formulé l'ex-président en son temps. 

Une référence qui ne plaît pas à son auteur

La référence à l'ex-président avec l'emploi du mot "Kärcher" a surpris ce dernier. Selon L'Express, Nicolas Sarkozy aurait glissé : "Elle aurait pu m'appeler quand même !". Le Parisien ajoute que le ténor de la droite a regretté de ne pas avoir eu son mot à dire sur le sujet et qu'au-delà de la sortie médiatique, aucune stratégie n'a été pensée. 

À lire aussi

Nicolas Sarkozy cultive l'art du silence et de la parole millimétrée. Dans l'émission Une Ambition intime diffusée sur M6 le 7 novembre dernier, c'est-à-dire avant le congrès LR, l'ancien chef de l'État qualifiait Valérie Pécresse de "solide". Depuis, les commentaires se font plus rares.

Nicolas Sarkozy se laisse du temps

Un proche de Nicolas Sarkozy

En coulisses, un de ses proches relativise. "Nicolas Sarkozy a été plutôt impressionné par la campagne interne de Valérie Pécresse pendant le congrès. Mais il se laisse du temps". Il reconnaît aussi la position délicate dans laquelle se trouve l'ancien président. "C'est toujours compliqué d'avoir des successeurs. Mais à la fin de la campagne (pour l'investiture LR, ndlr), il a tenu des propos plus aimables à l'égard de Valérie Pécresse, qu'au début", note-t-il. 

Le silence de Nicolas Sarkozy fait planer le doute d'un éventuel soutien à Emmanuel Macron, avec qui il entretient une certaine proximité. Une option que se refuse d'envisager un ténor LR. "Ce qui se passe entre Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy, c'est le fonctionnement normal entre un président et un ancien président, lance-t-il. C'est une pratique institutionnelle, il n'y a pas de contentieux entre eux. François Hollande s'était mal conduit à l'égard de Nicolas Sarkozy".

Une candidate en quête d'images

Si le soutien de Nicolas Sarkozy est précieux pour Valérie Pécresse, c'est parce que la campagne de la candidate connaît un faux plat. Dans la foulée de son investiture, la présidente de la région Île-de-France franchissait le premier tour dans les sondages pour se retrouver face à Emmanuel Macron. Depuis, cette tendance a disparu des radars, laissant place à une bataille très serrée avec Marine Le Pen. 

Selon l'éditorialiste politique de RTL Olivier Bost, Valérie Pécresse peine à imprimer dans les esprits car "elle se définit seulement en empruntant l’image des autres". "Comme si sa propre image et sa propre personnalité n’étaient pas suffisamment puissantes, ajoute-t-il. D’où cette question : Valérie Pécresse, c’est qui ? Le souci, comme le résume méchamment un ministre d’Emmanuel Macron, c’est qu’on ne va pas élire l’album panini de la droite. On voit bien l’image avec les autocollants de toutes ces personnalités". 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/