1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : Marine Le Pen jugée plus "féministe" qu'Emmanuel Macron
3 min de lecture

Présidentielle 2022 : Marine Le Pen jugée plus "féministe" qu'Emmanuel Macron

49% des Françaises sondées considèrent que Marine Le Pen est "féministe" contre 30% pour Emmanuel Macron, selon un sondage Ifop réalisé par le magazine "Elle".

Marine Le Pen à Avignon le 14 avril 2022
Marine Le Pen à Avignon le 14 avril 2022
Crédit : CHRISTOPHE SIMON / AFP
Marine Derquenne & AFP

Seules 4% des sondées voient Macron comme "très féministe". La majorité des femmes interrogées par le sondage Ifop pour le magazine Elle estime que Marine Le Pen est "féministe", dont 13% considèrent même qu'elle est "très féministe". Le sondage a été réalisé du 11 au 13 avril 2022 auprès de 1.039 femmes inscrites sur les listes électorales.

Les femmes interrogées font davantage confiance à la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen (51%) qu'à Emmanuel Macron (34%) pour lutter contre le harcèlement de rue. Pour lutter contre le sexisme et les violences sexuelles, 48% des sondées font confiance à Marine Le Pen contre 36% au président-sortant. En ce qui concerne les inégalités salariales, 49% des femmes interrogées estiment avoir plutôt confiance en la candidate du RN qu'au président-candidat (35%). 

Marine Le Pen domine sur les questions sécuritaires, Emmanuel Macron domine sur les questions sociales

Marine Le Pen domine ainsi clairement Emmanuel Macron sur les questions sécuritaires, comme l'analyse François Kraus, directeur du pôle politique et expert "genre et sexualités" à l'Ifop. "Son discours sécuritaire semble la rendre crédible sur les questions des violences faites aux femmes", explique-t-il. 
 
En revanche, sur les questions sociales, c'est Emmanuel Macron qui devance Marine Le Pen. Les femmes interrogées font en effet plus confiance à Emmanuel Macron (50%) qu'à Marine Le Pen (29%) pour lutter contre la haine contre les personnes LGBT. Les sondées confient également avoir davantage confiance en Macron sur les questions de stéréotypes du genre (46% contre 40% pour Marine Le Pen).  

La santé (74%), le pouvoir d'achat (71%), la sécurité (60%) et l'éducation (60%) viennent en tête des préoccupations des femmes interrogées, devant les droits des femmes (48%) ou les discriminations (47%). Sur les femmes interrogées, 53% disent vouloir voter pour le président-sortant au deuxième tour, contre 47% pour Marine Le Pen.

L'électorat de l'extrême droite a évolué

À écouter aussi

"Au second tour en 2002, le vote en faveur de son père [Jean-Marie Le Pen, ndlr] était deux fois plus faible chez les femmes (11%) que chez les hommes (26%). Cette différence n'existe plus", a précisé François Kraus de l'Ifop. 

Comme Jean-Marie Le Pen à l'époque, l'ex-candidat de Reconquête Éric Zemmour connaissait aussi un grand différentiel entre l'électorat féminin et masculin. Lors de la campagne du premier tour, l'ancien polémiste peinait en effet à convaincre l'électorat féminin. Le sondeur Frédéric Dabi avait lui-même assuré à l'AFP qu'il existait "un prisme masculin assez clair, un peu comme Jean-Marie Le Pen dans les années 80, mais de façon plus marquée" au sein des électeurs d'Éric Zemmour. Marine Le Pen est parvenue à effacer cette différence, notamment grâce à son travail de dédiabolisation.

Pourtant, les associations féministes appellent "à faire barrage à l'extrême droite"

Mais dans une tribune publiée dans le JDD, des associations de défense des droits des femmes ont appelé à "faire barrage à Marine Le Pen" au second tour de l'élection présidentielle, et ce, "sans réserve". "L'égalité entre les femmes et les hommes que prônent Mme Le Pen et son parti n'est qu'une façade qui masque une volonté de stigmatiser et d'exclure les femmes étrangères ou immigrées et d’entraver la liberté des femmes à choisir leur destin, en les renvoyant à la maison ou en les reléguant avant tout à des rôles maternels", déclare le texte signé notamment par le Planning familial, #NousToutes, le Collectif féministe contre le viol (CFCV) et la Fondation des femmes.

Par ailleurs, l'hebdomadaire féminin Elle lance un "appel à faire barrage à l'extrême droite" signé par des personnalités comme la philosophe Elisabeth Badinter, la journaliste Laure Adler, les actrices Zabou Breitman, Romane Bohringer, Judith Chemla, Léa Drucker, les écrivaines Vanessa Springora et Leïla Slimani. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/