1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Présidentielle 2022 : quelles sont les incohérences économiques des programmes des deux candidats ?
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : quelles sont les incohérences économiques des programmes des deux candidats ?

À quelques heures du débat de l'entre-deux-tours, il est encore temps de comparer les programmes de Marine Le Pen et d'Emmanuel Macron afin d'y débusquer des incohérences économiques.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen.
Emmanuel Macron et Marine Le Pen.
Crédit : Photos : AFP/ Montage : RTL.fr
Présidentielle 2022 : quelles sont les incohérences économiques des programmes des deux candidats ?
00:03:55
Présidentielle 2022 : quelles sont les incohérences économiques des programmes des deux candidats ?
00:03:55
Martial You - édité par Théo Putavy

Certaines idées seront difficiles à mettre en pratique - voire impossibles - alors que des chiffres sont parfois contestables. Cela fait partie du folklore d'une élection présidentielle. 

Commençons par le chiffrage des programmes. Il a été réalisé par l'Institut Montaigne. Marine Le Pen estime que ses mesures et les baisses d'impôts couteront 68 milliards à l'État sur le quinquennat. Pour l'Institut Montaigne, on est à près de 120 milliards. Un exemple avec sa réforme des retraites : une mesure à 10 milliards pour la candidate et à 26 milliards pour les économistes. Emmanuel Macron annonce, lui, 50 milliards de dépenses nouvelles. L'Institut Montaigne chiffre plutôt cela à 56 milliards.

En 2007, la France était dans une situation plutôt favorable (croissance à 2,4% et chômage à 8%). Tous les candidats envisageaient ce niveau de croissance sur tout le quinquennat. Malheureusement pour eux, il y a eu la crise des "subprimes" en 2008/2009 et tout s'est effondré. Or, des aléas, il y en a toujours sur 5 ans.

Un financement en question

Les mesures ne sont pas toutes financées. plus la mesure marque les esprits et moins elle a de chance d'aller au bout. Prenons la TVA à 0% sur un panier de 100 produits du quotidien proposée par Marine Le Pen. Elle est censée apporter environ 25 euros de gain par mois aux familles selon sa porte-parole, mardi matin sur RTL.

À écouter aussi

Mais si on prend l'exemple malheureux de la baisse de la TVA dans la restauration sous Jacques Chirac, 90% de la baisse avait été absorbée par les professionnels qui n'avaient pratiquement pas bougé leurs prix. Le cabinet Asteres évalue le gain à 13 euros par an pour 3,8 milliards de recettes fiscales en moins. 

Quant à la baisse de la TVA sur les carburants à 5,5% qui est sensée être pérenne, l'Europe interdit une TVA avantageuse sur les produits polluants comme les hydrocarbures.

Marine Le Pen veut aussi réduire de 5 milliards son budget alloué à l'Europe. Mais le budget européen a été voté par tous les membres jusqu'en 2027. Difficile de revenir dessus. Qui plus est, les conséquences seraient lourdes pour la France qui est le premier bénéficiaire des aides de la Politique Agricole Commune par exemple.

Idem pour Macron. Un chèque alimentation pour permettre aux 8 millions de familles modestes d'acheter de la nourriture française de qualité. Mais personne ne connait le montant de ce chèque. Imaginons que ce soit 100 euros par an (ce qui ne serait pas énorme pour acheter des produits de qualité), l'ardoise atteint déjà 800 millions d'euros.

La Constitution, plus forte que les promesses

Marine Le Pen veut exonérer les moins de 30 ans de l'impôt sur le revenu. Premier défaut, il ne peut pas y avoir de distinction par l'âge pour l'impôt sur le revenu. Deuxième défaut, les moins de 30 ans sont moins imposables que les autres car leurs revenus sont plus modestes à l'exception de quelques diplômés des grandes écoles, artistes ou sportifs de haut niveau. 

Enfin, il y a des mesures sur lesquelles les candidats n'ont pas la main. Exonération de charges patronales pour une entreprise qui augmenterait de 10% ses salariés côté Marine Le Pen. Triplement de la prime Macron défiscalisée jusqu'à 6.000 euros pour le Président sortant. Des mesures de pouvoir d'achat. Mais, dans un cas comme dans l'autre, on met en place des incitations mais ce sont les entreprises qui décident. Dans le cas de la "Prime Macron", 4 millions de salariés sur 20 millions en ont bénéficié.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/