1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : les candidats ont-ils le droit d’écarter certains journalistes ?
1 min de lecture

Présidentielle 2022 : les candidats ont-ils le droit d’écarter certains journalistes ?

Ce mardi 12 avril, Marine Le Pen a assumé refuser que les journalistes de "Quotidien" couvrent son QG de campagne. Une déclaration qui rappelle la relation hostile entre l'extrême droite et les médias.

Marine Le Pen, candidate à la présidentielle, en conférence de presse mardi 12 avril 2022.
Marine Le Pen, candidate à la présidentielle, en conférence de presse mardi 12 avril 2022.
Crédit : Thomas SAMSON / AFP
Lison Bourgeois

Au cours de la conférence de presse sur le thème de la "démocratie" ce mardi 12 avril, Marine Le Pen a assumé de choisir les journalistes qui pouvaient avoir accès ou non à son QG de campagne. Elle a particulièrement détaillé refuser les accréditations des journalistes de Quotidien. "Nous préférons accréditer les journalistes plutôt que les émissions de divertissement", explique la candidate du Rassemblement National. 

Cette déclaration rappelle la prise de position conflictuelle parfois adoptée par l'extrême droite envers les médias. Le Rassemblement National a ainsi déjà quelques fois fermé la porte à des journalistes de Médiapart, Libération et Quotidien. La séquence du journaliste de Quotidien Paul Larrouturou rejeté du salon des entrepreneurs met en évidence cette relation problématique entre le RN et les médias.

En effet, ce sont les hommes et femmes politiques qui choisissent d'accepter, ou non, l'accréditation des journalistes. Les journalistes doivent s'inscrire au préalable à l'évènement par le biais de formulaires ou de mails. Les organisateurs ont ensuite la liberté d'accepter, ou non, l'entrée de tel ou tel journaliste à l'évènement. L'accès aux journalistes au QG de campagne est donc soumis à la bonne volonté des candidats

Une atteinte à la liberté d’information

La Fédération Française des Agences de Presse

La récente déclaration de Marine Le Pen a soulevé de vives critiques. La Fédération Française des Agences de Presse a contredit les propos de Marine Le Pen en affirmant que l'émission Quotidien était entièrement produite par des journalistes, possesseurs de cartes de presse. Le communiqué ajoute qu'une telle discrimination "constitue une atteinte à la liberté d’information."

À lire aussi

Sur twitter, le président du groupe LaREM à l'Assemblée nationale Christophe Castaner a fustigé "les leçons de liberté de la presse de Marine Le Pen", qui explicite son "mépris total de la liberté d’expression", tout en apportant son "plein soutien à Quotidien ".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centr