1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : la majorité tourne à vide, suspendue à son champion
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : la majorité tourne à vide, suspendue à son champion

ÉDITO - Réunis pour le "campus" de LaREM, les responsables de la Majorité ont poussé pour la réélection d'Emmanuel Macron, absent et pas encore candidat.

Des sympathisants LaREM réunis à Avignon pour l'université d'automne du parti le 3 octobre 2021.
Des sympathisants LaREM réunis à Avignon pour l'université d'automne du parti le 3 octobre 2021.
Crédit : Nicolas TUCAT / AFP
La majorité tourne à vide, suspendue à son champion
02:51
La majorité tourne à vide, suspendue à son champion
02:51
Olivier Bost - édité par Victor Goury-Laffont

Pour ce premier week-end d'octobre, à Avignon, la majorité s’est chauffée à blanc pour la présidentielle, mais sans son candidat - pas encore candidat - Emmanuel Macron. Un lancement de campagne "fantomatique", décrit un participant.

Les dirigeants de la majorité ont passé une partie de leur week-end dans une forme d’idolâtrie du grand absent : le Président. Les responsables ont tourné à vide, au point de n’avoir comme sujet de conversations que la poussée d’Éric Zemmour ou la maison commune, l’arlésienne d’une nouvelle majorité. Un mécano politique qui aura du mal à passionner les foules.

Pourtant, il y avait du monde à ce week-end politique à Avignon : 4.000 personnes selon les organisateurs. De belles images de salles pleines de fervents militants, des images de meetings de campagne, mais sans le carburant d’une campagne.

La majorité est comme suspendue au talent et au bon vouloir d’Emmanuel Macron. Et toute à l’attente de son talent, En Marche est en train de disparaître. 2022 ne sera pas 2017.

Une campagne sans être canidat

À lire aussi

C’est un classique : les partis au pouvoir sont toujours comme anesthésiés à chercher leur rôle sans jamais le trouver. Là, En Marche ne fait même pas semblant de trop y réfléchir, de remuer des idées pour alimenter les débats.

C'est Emmanuel Macron qui fera tout. Il a déjà trouvé comment faire campagne sans être candidat. Il y a le recours à outrance au carnet de chèque ou encore le lancement de réformes qui se réaliseront après 2022.

Son programme, c’est cette façon toute particulière d’enjamber l’élection. S’il est réélu, tout ce qu’il aura lancé avant arrivera à son terme. Ainsi va la réforme des retraites, surtout. Ainsi va le revenu jeunes, qui n’a toujours pas de nom. Ainsi ira France 2030, un nouveau plan de relance pour l’avenir qui, lui, va même au-delà du prochain quinquennat. Tout ce programme sera dévoilé ce mois-ci.

Dans une étrange formule, Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale et très proche d’Emmanuel Macron, a dit ce dimanche 3 octobre : "c’est comme si nous avions aujourd’hui 5 ans de moins. C’est pour cela que nous espérons 5 ans de plus".

5 ans de moins pour 5 ans de plus... En voici mon interprétation : 5 ans de moins, c’est une cure de rajeunissement pour retrouver l’énergie des débuts et pour faire oublier que les 5 ans qui viennent de se passer n’ont pas tenu toutes leurs promesses.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/