1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon dérape encore et c’est grave

Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon dérape encore et c’est grave

ÉDITO - Le candidat de la France insoumise pour 2022 pense que le système dépêche un candidat pour les élections et que des attentats ou des faits divers sont opportunément organisés pour influencer les élections.

Jean-Luc Mélenchon, le 16 mai 2021
Jean-Luc Mélenchon, le 16 mai 2021
Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP
Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon dérape encore et c'est grave
05:18
Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon dérape encore et c'est grave
05:18
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
Journaliste

Jean-Luc Mélenchon retombe dans ses excès. Est-ce sa seule façon de se distinguer ? Sur France info le 6 juin, Jean-Luc Mélenchon a textuellement dit : "Vous verrez que dans la dernière semaine de campagne présidentielle. Nous aurons un grave incident ou un meurtre. Ca été Mérah en 2012. Ca été l’attentat la dernière semaine sur les Champs-Élysées. Avant, on avait eu Papi Voise dont plus personne n’a jamais entendu parler après. Tout ça c’est écrit d’avance", explique tranquillement Jean-Luc Mélenchon. 

Et il conclut : "On aura l’évènement gravissime qui permettra une fois de plus de montrer du doigt les musulmans et d’inventer une guerre civile. C’est bateau tout ça". C’est un peu long, sans raccourci et il n’y a pas de hors contexte

Le candidat de la France insoumise pense que le système dépêche un candidat pour les élections et que des attentats ou des faits divers sont opportunément organisés pour influencer les élections.

Une frange complotiste

Pourquoi ce nouveau dérapage ? Pour lui, ce n’est pas un dérapage. Jean-Luc Mélenchon parle aux siens, à sa base. Il le reconnait d’ailleurs puisqu’il dit aussi dans sa démonstration : "En ce moment, y’a plein de gens qui disent : 'Mélenchon pense comme moi'". C’est à ceux-là qu’ils s’adressent : une frange complotiste qui verrait le système organiser la défaite de leur leader. 

À lire aussi

Comme à chaque propos limite, Jean-Luc Mélenchon en attenue les effets après en visant ceux qui réagissent à ses propos. C’est ce qu’il a fait sur les réseaux sociaux et ce qu’ont relayé ses proches. "Les complotistes anti-complotistes sont de sortie. Ils nient que les assassins font leur coup au moment qui fait parler d’eux". Nous avons tous mal compris. 

C’est sa façon d’exister qu’il a déjà utilisée dans les précédentes campagnes.

Olivier Bost

Donc, c’est en quelque sorte la technique de la provocation, jamais très loin de franchir la limite, de sortir du champ républicain. C’est sa façon d’exister qu’il a déjà utilisée dans les précédentes campagnes. Une façon d’être dans la course et de faire parler de lui. Sauf que ses excès font passer Marine Le Pen pour bien plus sage.

Alors, quitte à verser dans le complotisme ce matin, allons-y : Jean-Luc Mélenchon ne voudrait-il pas faire gagner Marine Le Pen pour tenir enfin par procuration sa vengeance contre Emmanuel Macron et tous ses anciens amis socialistes ? Si ça vous choque, j’expliquerai dans quelques heures que j’ai été mal compris. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/