1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Rwanda : les réactions politiques s'opposent après les propos d'Emmanuel Macron

Rwanda : les réactions politiques s'opposent après les propos d'Emmanuel Macron

Les propos d'Emmanuel Macron qui reconnait la responsabilité de la France dans le génocide rwandais ont font couler de l'encre ce jeudi.

Emmanuel Macron était à Kigali, capitale du Rwanda, ce jeudi 27 mai.
Emmanuel Macron était à Kigali, capitale du Rwanda, ce jeudi 27 mai.
Crédit : Ludovic MARIN / AFP
Nicolas Barreiro
Journaliste

Emmanuel Macron a reconnu le jeudi 27 mai à Kigali des "responsabilités" de la France dans le génocide des Tutsi de 1994 au Rwanda mais il n'a pas présenté d'excuses et a récusé toute complicité volontaire. Les réactions des personnalités ne se sont pas faites attendre, à commencer le chef de file des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon, qui dit "partager" cette reconnaissance.

"Nous partageons la formulation du président français" quand il dit notamment qu'"en ignorant les alertes des plus lucides observateurs la France endossait alors une responsabilité accablante" dans le génocide, ont écrit sur Facebook Jean-Luc Mélenchon, candidat à l'Elysée, et le député LFI Bastien Lachaud, qui demandent en outre que "les responsables notoires du génocide des tutsis qui vivent encore en France soient jugés pour leurs crimes" et une "prolongation de l’enquête sur les criminels qui ont abattu l’avion" transportant les deux anciens présidents du Rwanda Juvénal Habyarimana et du Burundi Cyprien Ntaryamira.

"Admettre les responsabilités du gouvernement français de l’époque au Rwanda est une chose très importante. Tirer les leçons pour l’avenir dans nos relations avec l’Afrique en est une autre qui l’est tout autant", soulignent les deux élus insoumis. 

Une réaction totalement opposée chez le RN

La présidente du Rassemblement national et candidate à l'Elysée Marine Le Pen a pour sa part estimé dans un communiqué que la France était "respectée quand elle se grandit, pas quand elle s'abaisse", "quand elle se flagelle pour des fautes qui ne sont pas les siennes" ou "par une repentance perpétuelle qui ne satisfait personne". 

À lire aussi

La dirigeante d'extrême droite admet qu'il y a eu un "aveuglement des autorités politiques de l'époque, certainement", mais "responsabilité dans les massacres, non". "Dire le contraire comme le fait le président de la République, c'est faire injure à tous les Français" qui ont "tout tenté pour sauver et protéger les victimes", selon elle.

L'écologiste Sandrine Rousseau a jugé sur Twitter que "les excuses s'imposent, tout comme la reconnaissance du passé colonial délétère dont nous sommes responsables". L'ancien Premier ministre Manuel Valls a salué des "mots forts et courageux. Pour la vérité et la concorde". 

Le député LREM Hervé Berville, originaire du Rwanda, a salué sur FranceInfo un discours de "réconciliation" qui "permet d’envisager de construire un avenir plus serein". Il a estimé que "des excuses c’est dérisoire pour un génocide qui fait plus d’1 million de morts" et souligné l’importance d’un "travail de pardon". 

Il a aussi considéré comme "indispensable" de juger les génocidaires qui vivraient en France, qui fait partie de sa "dette" à l'égard du Rwanda. "Comment voulez-vous faire ce travail de réconciliation, de rapprochement, que les mémoires des rescapés soient apaisées quand ils peuvent se dire qu'au détour d’une rue (…) ils peuvent être nez à nez avec un génocidaire ?".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/