1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : écolos et Insoumis disent "non" à une primaire de la gauche
1 min de lecture

Présidentielle 2022 : écolos et Insoumis disent "non" à une primaire de la gauche

Engluée dans les sondages, Anne Hidalgo a proposé mercredi 8 décembre une primaire de gauche pour désigner un candidat unique pour la présidentielle. Une invitation aussitôt déclinée par Yannick Jadot et les Insoumis.

Le candidat écologiste Yannick Jadot
Le candidat écologiste Yannick Jadot
Crédit : JULIEN DE ROSA / AFP
Thomas Pierre

L'idée aura fait long feu. La candidate socialiste Anne Hidalgo, à la peine dans les sondages (3%), a proposé mercredi 8 décembre une primaire de gauche pour désigner un candidat unique pour la présidentielle, emboîtant ainsi le pas d'Arnaud Montebourg (2%), qui se disait le même jour favorable à ce qu'une "discussion entre tous les candidats de gauche s'ouvre".

Un appel à l'ouverture et à l'union aussitôt retoqué par les principaux intéressés. "Entre madame Hidalgo et nous, il y a des différences très profondes", a estimé jeudi 9 décembre le député LFI Éric Coquerel sur RTL. Pour ce soutien de Jean-Luc Mélenchon, candidat le mieux placé à gauche selon les derniers sondages (8%), la primaire "est une machine à perdre". 

"Nous, on ne gère pas une après-défaite", mais "une victoire", assène ce soutien de Jean-Luc Mélenchon qui demande à la candidate du Parti socialiste de "ne pas mettre de boulets à ceux qui progressent et peuvent sérieusement espérer aller au deuxième tour". 

"Un tour de passe passe" pour Jadot

Même son de cloche du côté des écologistes. "Non, je ne participerai pas à une primaire de la gauche", a affirmé jeudi sur Europe 1 Yannick Jadot. Pour le candidat à la présidentielle, cette proposition soudaine n'est jamais qu'"un tour de passe passe". Chez la maire de Paris, "il y a la volonté de sortir de l'impasse par une idée surprise", a-t-il raillé. 

À lire aussi


La proposition socialiste semble donc mort-née. L'ancien président François Hollande, soutien affiché d'Anne Hidalgo, l'avait lui-même enterré dès mercredi soir en estimant qu'"une candidature d'union n'a de sens que si tous les candidats partagent les mêmes propositions. Or on sait que ce n'est pas le cas". 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/