1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : à droite, un renoncement, tous perdants
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : à droite, un renoncement, tous perdants

EDITO - Le renoncement de Laurent Wauquiez à la primaire des Républicains en vue de la présidentielle 2022 révèle une droite affaiblie.

Laurent Wauquiez (LR) a demandé à Jean-Michel Blanquer le déploiement de purificateurs d'air dans les établissements scolaires de France afin de lutter contre le coronavirus.
Laurent Wauquiez (LR) a demandé à Jean-Michel Blanquer le déploiement de purificateurs d'air dans les établissements scolaires de France afin de lutter contre le coronavirus.
Crédit : JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Présidentielle 2022 : pour la primaire à droite, un renoncement, tous perdants !
02:59
Présidentielle 2022 : le renoncement de Wauquiez, un aveu de faiblesses de la droite
02:59
Olivier Bost - édité par Camille Guesdon

À droite les candidatures se multiplient pour la présidentielle. Mais pourquoi Laurent Wauquiez a t-il renoncé ? À première vue nous pourrions nous dire que le paysage s’éclaircie un peu à droite vendredi 27 août et que désormais nous connaissons les compétiteurs. Il va donc y avoir un champion face à Emmanuel Macron.

Cependant, le renoncement de Laurent Wauquiez a fait remonter à la surface toutes les faiblesses de la droite pour aborder cette présidentielle. C'est une droite qui continue de s’éparpiller après avoir éclatée en 2017. Une droite qui doute de ses chances de l’emporter l’an prochain. Le renoncement de Laurent Wauquiez est un très mauvais signal.

Laurent Wauquiez estime que son moment n’est pas venu et se préserve pour le coup d’après. Nous avons ce matin notre premier candidat pour 2027. Personne ne s’impose déplore Laurent Wauquiez dans une phrase terrible : "Personne n’est aujourd’hui dans la situation de De Gaulle, de Georges Pompidou, ou de Nicolas Sarkozy". La droite n’a pas le talent providentiel, en tout cas pas dans les prétendants. Ce qui ne l’empêchera pas bientôt d’avoir trois candidats à la présidentielle ! 

La fin de la droite ?

Il y a Xavier Bertrand dans son échappée solitaire. Le ou la gagnante d’une primaire sans saveur, si elle a lieu un jour tellement l’affiche n’est pas très séduisante. Et en marge, en parasite, Éric Zemmour dans sa nouvelle aventure. Et ça fait trois candidats pour des électeurs de moins en moins nombreux.

À lire aussi

Il faut se rappeler que depuis 2017, ils sont partis en nombre chez Emmanuel Macron et d’autres chez Marine Le Pen. Avec de telles divisions, c'est donc la fin pour la droite. Ce qui est stupéfiant dans ces divisions c’est qu’il y a très peu de différences sur le plan des idées.

Rien ne distingue les candidats de droite

Si on laisse Éric Zemmour de côté, qui jusque-là, a plus d’obsessions que d’idées. Qu’est-ce qui différencie Valérie Pécresse, Xavier Bertrand, Michel Barnier ou encore Bruno Retailleau ? Sur le fond, c'est-à-dire sur l'autorité, sur l'immigration, sur le travail, sur l'indispensable réforme de l'État, il y a tout au plus des nuances, des approches différentes, mais rien qui ne les distingue sur le fond.

C’est donc bien une question de personne. La droite n’a pas de candidat naturel.
Affaiblie par presque 10 ans d’opposition maintenant. Il lui manque un talent qui mette tout le monde d’accord. C’est ce que le renoncement de Laurent Wauquiez a cruellement rappelé jeudi 26 août.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/