1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Nouveau gouvernement : qui est Agnès Pannier-Runacher, la ministre de la Transition énergétique ?
2 min de lecture

Nouveau gouvernement : qui est Agnès Pannier-Runacher, la ministre de la Transition énergétique ?

Agnès Pannier-Runacher, promue vendredi ministre de la Transition énergétique, est un soutien d'Emmanuel Macron de la première heure.

Agnès Pannier-Runacher est un soutien d'Emmanuel Macron de la première heure.
Agnès Pannier-Runacher est un soutien d'Emmanuel Macron de la première heure.
Crédit : Eric PIERMONT / AFP
Romain Giraud

Énarque comme lui, rompue au public et au privé comme lui, premiers pas au gouvernement à Bercy comme lui. Promue ce vendredi ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher est un soutien d'Emmanuel Macron de la première heure. Cette inspectrice des Finances, qui aura 48 ans en juin, est entrée au gouvernement en octobre 2018 dans une fonction plus discrète, de secrétaire d'État à l'Économie. 

À l'Industrie, dont elle a ensuite été chargée au sein du gouvernement Castex, elle a eu à gérer les ravages des fermetures d'usines, tout en installant les prémices d'une réindustrialisation qui se voudrait verte et décarbonée, avec l'aide du plan de relance et sous l'égide de Bruno Le Maire. Sur son bureau ont atterri les dossiers les plus épineux, doux euphémisme pour les conflits sociaux qui remontent jusqu'à Bercy.

Des restructurations des fonderies automobiles au sauvetage d'Ascoval, cette Parisienne pur jus a eu l'occasion de faire le tour de la France qui se désindustrialise après la crise des "gilets jaunes". "Elle s'est tout de suite montrée conquérante", a expliqué un témoin de ses 1ers pas au ministère. En bataillant pour lancer une production française de vaccins durant la pandémie, elle a retrouvé un secteur qu'elle avait fréquenté en tant que directrice de cabinet de la directrice générale de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris de 2003 à 2006.

Adepte de la "start-up nation", elle s'est aussi impliquée pour le "fabriqué en France". Des bottes de caoutchouc au paracétamol, elle a œuvré à la relocalisation de quantités de lignes de production, encourageant, partout où elle va, les femmes à se lancer dans les sciences, l'industrie et surtout à prendre des responsabilités. "Elle est certainement compétente mais il lui manque une fibre politique, de l'incarnation", commente un élu de gauche sous couvert d'anonymat, lui reprochant sa froideur dans la gestion des fermetures d'usines.

Diplômée d'HEC et de Sciences Po

À lire aussi

Son enthousiasme pour la "magie" des usines a été raillé, jugé condescendant ou naïf. Mais au fil de quelque 300 visites de sites industriels, Agnès Pannier-Runacher s'est appliquée à faire oublier son image de techno et de bonne élève des beaux quartiers qui lisait des réponses rédigées par ses services devant les députés de l'Assemblée nationale. Sur les plateaux télé, elle va au "clash" avec certains syndicalistes. En mars 2021, elle est huée par des manifestants à Rodez. "Je veux vous parler les yeux dans les yeux", leur répond-elle. 

Sa première tentative électorale, sur une liste LaREM du très chic XVIe arrondissement de Paris, est un échec. Aux législatives à venir, elle aurait voulu affronter le Rassemblement national à Lens, dans le bassin minier du Pas-de-Calais, où les habitants se sont tournés vers le RN. Mais c'est finalement son compagnon, Nicolas Bays, un ancien député PS du département où ils ont formé une famille recomposée, qui mènera la bataille. Elle a toutefois annoncé son intention d'y créer un collectif pour prolonger son "engagement sur le terrain".

Diplômée d'HEC et de Sciences Po, cette mère de trois enfants engagée au sein de Territoire et progrès, l'aile gauche de LaREM, se distingue de ses anciens collègues du gouvernement par son long passage dans le privé. Elle est passée en 2011 chez l'équipementier automobile Faurecia avant de devenir de 2013 à 2018 directrice générale déléguée de la Compagnie des Alpes, leader mondial de l'exploitation des domaines skiables.

Elle a aussi exercé les fonctions de directrice adjointe des finances et de la stratégie du groupe public Caisse des dépôts et été membre du comité exécutif du Fonds stratégique d'investissement, devenu BpiFrance.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bien