1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Mort de Shinzo Abe : comment sont protégés les anciens présidents en France ?
1 min de lecture

Mort de Shinzo Abe : comment sont protégés les anciens présidents en France ?

La mort de Shinzo Abe, assassiné par balles au Japon, (re)met en lumière la façon dont est gérée la sécurité des anciens présidents en France.

Nicolas Sarkozy et François Hollande, le 8 mai 2021
Nicolas Sarkozy et François Hollande, le 8 mai 2021
Crédit : CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Mort de Shinzo Abe : comment sont protégés les anciens présidents en France ?
00:01:32
Thomas Despré - édité par Thibault Nadal

Au lendemain de l'assassinat de Shinzo Abe, l'ancien Premier ministre japonais, la question se pose désormais de savoir comment sont protégés les anciens présidents et Premiers ministres chez nous en France.

Les services des ministres de l'Intérieur offrent aux deux anciens présidents encore en vie -Nicolas Sarkozy et François Hollande - une protection permanente. Ils sont surveillés par trois agents du SDLP (le Service de la protection de la Police nationale), dont un chauffeur, ainsi qu'un dispositif statique devant leur domicile. Ils bénéficient aussi parfois de policiers supplémentaires, mis à leur disposition, lorsque les services de renseignements ou la DGSI font état d'une menace particulière. Ce dispositif fait état d'un ajustement quasi quotidiennement en fonction de l'actualité ou du contexte international. Enfin, la famille des anciens présidents bénéfice également d'une protection, pour éviter toute forme de chantage. 

Les anciens Premiers ministres et ministres de l'Intérieur sont aussi protégés. Mais chacun est libre de refuser. C'est le cas de Jean Castex, qui depuis son départ de Matignon, n'a ni chauffeur, ni garde du corps et se déplace comme tout le monde désormais. 

Pour rappel, Shinzo Abe a été tué par balles en pleine rue, alors qu'il était en campagne. L'auteur présumé de l'attaque a été immédiatement arrêté, puis il est passé aux aveux, mais les raisons de son geste sont encore flous. Il aurait déclaré à la police qu'il visait Shinzo Abe en raison de son appartenance à une certaine organisation religieuse, selon les médias japonais.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/