1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Lyon : création de pistes cyclables “non-genrées”, à quoi cela correspond ?
1 min de lecture

Lyon : création de pistes cyclables “non-genrées”, à quoi cela correspond ?

Le vice-président de la métropole de Lyon, Fabien Bagnon, a créé la polémique en assurant que la conception des pistes serait "inclusive".

Un homme sur un vélo (Illustration).
Un homme sur un vélo (Illustration).
Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Samuel Vivant

Les pistes cyclables lyonnaises au cœur d'un débat sémantique. À l'origine de la polémique, une simple photo du premier tronçon du chantier cyclable de la métropole, publié le 4 juin sur Twitter par Fabien Bagnon, vice-président de la métropole de Lyon chargé des voiries et des mobilités. Interrogé par un internaute sur la prise en compte de la parité des usagers, l'écologiste a assuré que la conception des pistes serait "non-genrée et donc inclusive". 

De quoi faire bondir la twittosphère, pas avare en sarcasmes. "On veut des pistes cyclables non-genrées, inclusives, populaires, participatives, citoyennes et solidaires, bio, locales, apaisées et festives, bienveillantes et résilientes, peut-être même zéro déchet », s'amuse un internaute. 

Et l'opposition d'embrayer : "Nous sommes toujours émerveillés par cette capacité créatrice sans bornes de la Nupes locale à inventer des concepts qui, in fine, enfoncent plus des portes ouvertes qu’autre chose", a taclé le Rassemblement de la droite, du centre et de la société civile de Lyon, dans un communiqué.

Fabien Bagnon a donc dû réaliser un exercice de définition pour éteindre la polémique. "Quand on parle d'inclusivité, c'est la possibilité d'avoir des pistes cyclables suffisamment larges et sécurisés pour permettre à des personnes en fauteuil roulant de se déplacer avec leurs vélos adaptés, a-t-il expliqué, avant de poursuivre. Quand on parle d'aménagement non-genré, on cherche à identifier ce qui peut freiner son utilisation par un genre". 

À lire aussi

À ce sujet, le vice-président de la métropole de Lyon cite en exemple "les problèmes d'éclairage nocturne" ou encore "les usages sportifs principalement masculins". Alors l'explication aura-t-elle convaincu les citoyens rétifs au jargon sociologique ? Reste que, selon Le Parisien, plusieurs études chiffrées ont établi que près de 60 % des cyclistes qui pédalent dans les agglomérations françaises sont des hommes, contre près de 40 % des femmes.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/