1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Loi "sécurité globale" : la détermination de Darmanin met Macron en danger
2 min de lecture

Loi "sécurité globale" : la détermination de Darmanin met Macron en danger

ÉDITO - Les tensions liées à la proposition de loi ont ravivé les clivages politiques au sein même de la majorité.

Emmanuel Macron et Gérald Darmanin le 9 novembre 2018 à Lens.
Emmanuel Macron et Gérald Darmanin le 9 novembre 2018 à Lens.
Crédit : Etienne LAURENT / POOL / AFP
Loi "sécurité globale" : la détermination de Darmanin met Macron en danger
04:58
Loi "sécurité globale" : la détermination de Darmanin met Macron en danger
04:57
Olivier Bost

L'autopsie de cette crise gouvernementale révèle que celle-ci a plusieurs sources. Notamment, le "en même temps" présidentiel qui a gagné en 2017, mais les clivages n’ont pas disparu et nous les retrouverons à chaque tension dans la majorité.

Il y a aussi le fameux amateurisme "amateurs et fiers de l’être", comme l’avait lancé le chef de l’État aux parlementaires au début de l’année. Le manque de pratique politique explique une part des ennuis de la majorité de ces derniers jours. Enfin, le macronisme est toujours impossible à définir au bout de trois ans au pouvoir, ce qui reste inédit.

Pourquoi le "en même temps" ne fonctionne plus ? Parce qu’il était basé sur un équilibre de droite et de gauche, mais ce dernier n'a pas résisté au temps. Le quinquennat a dérivé sur une politique de centre-droit. Cela tient aux ministres : ceux qui se font entendre viennent de la droite. Cela tient aux sujets : la sécurité, la lutte contre l’islamisme. Comme la gauche parlementaire est plus à gauche que la politique menée, ça tangue très vite à l'Assemblée quand il y a une crise.

Face aux tensions, le chef de l'État obligé d'intervenir

Cet amateurisme revendiqué par Emmanuel Macron alimente aussi les crises. Quand ni Emmanuel Macron, ni Jean Castex ne comprennent la semaine dernière qu’ils vont faire hurler le Parlement avec leur idée de réécrire une loi adoptée trois jours plus tôt, c’est aussi parce qu’ils n’ont jamais été parlementaires.
 
Gérald Darmanin aussi les embarque dans cette histoire. Ce qui est étonnant, c’est comment le ministre de l’Intérieur a pu, depuis des jours maintenant, mener la majorité dans le mur ? Et comment il s’en sort très bien devant les députés. Détesté par beaucoup désormais, il reste très habile politiquement. Sa détermination et son obstination ont quand même mis Emmanuel Macron en danger.

À lire aussi

Le chef de l’État est monté en première ligne pour ramener le calme. Le chef de l’État sera encore obligé de s’exprimer jeudi 3 décembre dans une interview pour s’expliquer. "La situation dans laquelle vous m’avez mis aurait pu être évitée", a dit Emmanuel Macron avec sévérité à ses ministres et aux responsables de la majorité.

Le président n’a aucun rempart quand tout part à vau-l’eau, son dispositif politique est trop faible. Emmanuel Macron, il faut toujours s’en souvenir, a vu se déliter un quinquennat, celui de son prédécesseur. Il était aux premières loges pour assister au désastre. Il ne veut surtout pas le revivre dans le premier rôle.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/