1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Loi pouvoir d'achat : les mesures que Marine Le Pen pourrait voter
3 min de lecture

Loi pouvoir d'achat : les mesures que Marine Le Pen pourrait voter

Retraites et minimas sociaux, remise carburants, baisse des charges pour les entrepreneurs... pour ou contre ? Marine Le Pen répond.

Marine Le Pen à l'Assemblée nationale, le 6 juillet 2022.
Marine Le Pen à l'Assemblée nationale, le 6 juillet 2022.
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Marine Le Pen est l'invitée de RTL ce jeudi 7 juillet
00:10:31
Marine Le Pen est l'invitée de RTL ce jeudi 7 juillet
00:10:31
Marine Derquenne

Marine Le Pen fait un peu du "en même temps". Après le discours d'Élisabeth Borne, elle a assuré n'avoir "aucune confiance en ce gouvernement" et en même temps, la présidente du groupe RN à l'Assemblée assure qu'elle pourrait trouver des voix de passages selon les sujets.

"Nous avons été élus pour améliorer la vie quotidienne des Français. Nous devons travailler à ça", a-t-elle dit ce jeudi sur RTL. "Je n'ai pas pour objectif de faire sauter les institutions, mais de faciliter la vie des Français", a rappelé la députée du Rassemblement national. Marine Le Pen se dit "dans une démarche constructive". Elle souhaite que la loi sur le pouvoir d'achat puisse être "votée".

À travers ce texte, le gouvernement dévoile une série de mesures en faveur du pouvoir d'achat des Français, notamment en matière de transports en prolongeant au moins jusqu'à fin août la remise carburant de 18 centimes, la déconjugalisation de l'AAH, la revalorisation des minimas sociaux et des pensions de retraites. 

Marine Le Pen veut aller plus loin

Marine Le Pen assure qu'elle est favorable à la revalorisation des pensions de retraite et des minimas sociaux de 4%. Elle rappelle toutefois que "ça ne couvre pas les pertes qui ont été enregistrées les cinq dernières années et celles qui vont être enregistrées là du fait de l'inflation".

À lire aussi

Élisabeth Borne a aussi assuré vouloir déconjugaliser l'AAH, l'allocation aux adultes handicapés, pour ne plus prendre en compte ce que gagne le conjoint. Sur ce point-là aussi, la présidente du groupe RN à l'Assemblée est d'accord. "Je l'ai réclamé pendant la campagne présidentielle", a-t-elle souligné au micro de RTL. Elle assure qu'elle votera en faveur de cette mesure.
 
Enfin, pour la baisse des charges pour les indépendants, Marine Le Pen l'assure : "Bien sûr, je suis pour. Mais encore une fois, je pense qu'à côté de ces problématiques de charges, il y a des problématiques de dépenses contraintes qui représentent une part extrêmement important du budget", a-t-elle ajouté, espérant aller plus loin et "faire baisser ces dépenses contraintes qui pèsent aujourd'hui sur les Français".

Marine Le Pen restera ferme sur les retraites

Concernant la remise carburant et la prime de transport que le gouvernement veut mettre en place, Marine Le Pen dénonce "une usine à gaz" qui n'a "aucun sens". "On regardera de plus près mais (...) Je ne sais pas comment le gouvernement va savoir qui a utilisé sa voiture 12.000 kilomètres pour aller travailler. Ceci n'a aucun sens. Faudra-t-il faire venir un huissier pour prendre une photo du compteur ? (...) Suivre les gens avec une caméra pour savoir s'ils sont allés voir mamie ou s'ils sont allés travailler avec leur voiture ?", a interrogé la présidente des députés RN à l'Assemblée nationale. "Il faut arrêter avec ce genre de choses, la seule mesure efficace, rapide, immédiate et qui va pouvoir bénéficier à tout le monde, c'est la baisse de la TVA sur le carburant, de 20 à 5,5%", a-t-elle assuré.

En ce qui concerne la renationalisation d'EDF, Marine Le Pen est ferme, estimant que "ça n'a aucun intérêt.". "L'état est déjà propriétaire à 80%, par conséquent, il dirige déjà l'entreprise : ça n'a aucun autre intérêt qu'en réalité de démanteler EDF comme l'exige l'UE (...) Ce qui sera une perte indépendance et financière des Français.", a assuré l'ex-finaliste de l'élection présidentielle.

Par ailleurs, sur la réforme des retraites, la présidente du RN restera inflexible. "Je ne bougerai pas sur l'âge légal de la retraite". "Je me refuse à accepter la retraite à 65 ans", a-t-elle lancé.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/