1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Les Républicains sont "gravement blessés" et les socialistes "agonisants", selon Duhamel
2 min de lecture

Les Républicains sont "gravement blessés" et les socialistes "agonisants", selon Duhamel

REPLAY - EDITO - À l'heure de la constitution des groupes parlementaires à l'Assemblée nationale, la gauche paraît plus éclatée que jamais.

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron
Crédit : Francois Mori / POOL / AFP
Les Républicains sont "gravement blessés" et les socialistes "agonisants", selon Duhamel
03:00
Les Républicains sont "gravement blessés" et les socialistes "agonisants", selon Duhamel
03:01
Alain Duhamel & La rédaction numérique de RTL

Dernière ligne droite. Les groupes parlementaires de l'Assemblée nationale se constituent officiellement mardi 27 juin. Sur les huit groupes attendus, cinq devraient se situer à gauche de l'échiquier politique, avec les Mélenchonistes, les communistes, les socialistes, les divers gauche, sans oublier La République en Marche (REM), qui rassemble les deux-tiers de l'électorat de gauche de gouvernement. Une situation inédite sous le Ve République, qui compte traditionnellement deux groupes de gauche, mais c'était avant l'ascension fulgurante d'Emmanuel Macron, qui "a fait exploser la gauche", explique Alain Duhamel.

Pire, "la gauche de rupture a un électorat et une voix qui surplombe beaucoup la gauche de gouvernement" et "le Parti socialiste (PS) compte trois sensibilités". Et l'éditorialiste d'énumérer : ceux qui souhaitent s'inscrire dans l'opposition, ceux qui veulent "attendre de voir" et ceux qui sont attirés par Emmanuel Macron. "Et à l'intérieur du PS, il y a tentative d'aventure personnelle" autour d'Anne HidalgoBenoît Hamon ou encore d'Arnaud Montebourg. "Cela signifie que le PS n'a plus de leader, plus de ligne, plus d'idéologie, plus beaucoup d'électeurs", analyse Alaon Duhamel.

Une droite "fracturée"

La droite comptera quant à elle trois groupes, sans compter le Front national (FN). "La droite a mieux résisté électoralement, mais c'est vrai qu'elle est fracturée", confie l'éditorialiste. Car si le FN n'a pas de groupe, ses huit députés "feront plus de bruit que tout un groupe parlementaire". Et les trois groupes qui se partagent  la droite - le MoDem de François Bayrou, les "constructifs" de Thierry Solère et Les Républicains (LR) - ne sont pas sans difficultés. LR va notamment se livrer à une bagarre effroyable en interne entre les pro et anti Laurent Wauquiez.

L'élection d'Emmanuel Macron a donc entraîné une recomposition politique totale. En effet, le PS est "agonisant" et les Républicains "gravement blessés". "C'est évidement l'effet de la crise, mais c'est aussi l'effet Macron", assène l'éditorialiste, avant de conclure : le président de la République va devoir faire l'amalgame au sein de REM et permettre à "deux cultures contradictoires de coexister".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/