2 min de lecture Police

Les infos de 18h - Coronavirus : Autain appelle à la démission de Lallement après ses propos

La déclaration du préfet de police de Paris Didier Lallement affirmant que les personnes en réanimation à cause du coronavirus étaient celles qui n'avaient pas respecté le confinement au début a fait dresser contre lui toute la classe politique française.

monde-rouge-245x300 Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Les infos de 18h - Coronavirus : Autain appelle à la démission de Lallement après ses propos Crédit Image : Thibault Camus / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Céline Landreau
Céline Landreau édité par Sarah Rozenbaum

Une petite phrase qui passe mal. Alors que près de 6.400 personnes sont hospitalisées dans des services de réanimation à cause du Covid-19, le préfet de police de Paris, Didier Lallement a déclaré dans la matinée lors d’un contrôle routier que les malades d’aujourd’hui n’avaient sûrement pas eu un comportement exemplaire : 

"Ceux qui sont aujourd’hui hospitalisés, ceux qu’on trouve dans les réanimations, ce sont ceux qui au début du confinement, ne l’ont pas respecté. Il y a une corrélation très simple."

Après la polémique suscitée par ses propos, Didier Lallement a repris la parole vers 16 heures, cette fois pour s’excuser en reconnaissant que sur le fond, ses propos étaient faux et qu’il s’agissait d’une erreur.

Le préfet a réussi à rassembler la quasi-totalité de la classe politique contre lui. La gauche demande son départ, à l’image de la députée Clémentine Autain : "Le gouvernement ne devrait pas accepter un préfet qui tient de tels propos et qui a au long cours des méthodes qui sont des méthodes qui tournent le dos à nos principes démocratiques".

À lire aussi
Emmanuel Macron, président de la République, le 18 mai 2020 violences
Violences policières : pourquoi le gouvernement joue l'apaisement

Plus inhabituel, l'élu LR Eric Ciotti juge ces propos "révoltants". Le député européen RN Jordan Bardella y voit lui une "faute morale" et au sein de la majorité, le marcheur Aurélien Taché estime que c’est pour le préfet Lallement, le dernier avertissement : "Un préfet ne devrait dire pas ça, c’est clair que je ferai aussi partie de ceux qui continueront à regarder avec beaucoup d’attention ce qu’il dira et fera à l’avenir car il faut maintenant que ça s’arrête".

Le préfet s’est sérieusement fait remonter les bretelles par le ministre de l’Intérieur, il a présenté des excuses mais le mal est fait. Le gouvernement voulait consacrer sa journée aux contrôles routiers pour faire respecter le confinement malgré le début des vacances. Cette sortie de route préfectorale est pour lui, des plus malvenues.

À retrouver également dans ce journal

Bac et brevet - Jean-Michel Blanquer s’est exprimé sur le bac et le brevet. Les épreuves finales des deux examens sont annulées et remplacées par une évaluation en contrôle continu.

Elisabeth II - La reine va s’adresser à ses sujets dimanche 5 avril à propos de la crise du coronavirus. C’est un discours très attendu. Ce n’est que la 4e fois qu’elle prendra la parole en 68 ans de règne et ce, alors que son fils, le prince Charles vient tout juste de guérir du coronavirus.

Contrôles en période de vacances - 160.000 policiers et gendarmes sont mobilisés pour faire respecter le confinement en ce vendredi qui signe le début des vacances pour la zone C. "Le virus n’est pas en vacances", c’est le message des policiers. La tolérance zéro est appliquée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Coronavirus Jordan Bardella
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants