1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Législatives 2022 : pourquoi les électeurs de centre-gauche sont-ils si importants pour Jean-Luc Mélenchon ?
4 min de lecture

Législatives 2022 : pourquoi les électeurs de centre-gauche sont-ils si importants pour Jean-Luc Mélenchon ?

Si, sur le principe, les électeurs de centre-gauche sont favorables à la Nupes, il n'est pas certain qu'ils votent pour des candidatures "trop extrêmes". Le risque d'abstention élevé risque aussi de porter préjudice à la Nupes.

L'inauguration de la Nupes à Aubervilliers, le 07 mai 2022.
L'inauguration de la Nupes à Aubervilliers, le 07 mai 2022.
Crédit : JULIEN DE ROSA / AFP
Marine Derquenne

Le comportement des "électeurs de centre-gauche" face à l'alliance autour de Jean-Luc Mélenchon est l'un des enjeux clés des législatives des 12 et 19 juin prochains, estime le professeur de sciences politiques Olivier Rozenberg, du Centre d'études européennes de Sciences Po auprès de l'AFP. 

En se regroupant au sein de la Nupes, la gauche espère avoir un groupe parlementaire à l'Assemblée avec au moins 15 députés. Cela permettra d'avoir davantage d'indépendance sur le plan politique, de pouvoir proposer des textes de lois à l'ordre du jour et d'avoir un véritable financement. 

"La démarche de Jean-Luc Mélenchon n'est pas complètement absurde. Il a un coup à jouer, même s'il n'est pas certain qu'il obtienne un résultat à la hauteur de ses espérances", a déclaré le professeur de sciences politiques. En effet, les électeurs de gauche peuvent se retrouver hésitants devant un bulletin d'un candidat "trop extrême", tel que l'a reconnu le constitutionnaliste Jean-Philippe Derosier, interrogé par RTL.

Le risque de blocages face à des "candidatures trop extrêmes"

Le découpage pourrait bloquer les électeurs dans leur choix, plus particulièrement s'il y a une candidature "trop extrême", comme c'était le cas de celle de Taha Bouhafs qui a fait polémique, estime Derosier. D'autant plus que dans l'accord de la Nupes, "l'équilibre se situe au niveau de la radicalité", tel que l'a souligné le constitutionnaliste. En clair, LFI, qui a voulu se baser sur les résultats de la présidentielle et le très bon score de Jean-Luc Mélenchon, a récupéré 326 circonscriptions, contre 70 pour le PS, 50 pour le PCF et 100 pour EELV. LFI a récupéré de nombreuses circonscriptions... et ce découpage pourrait potentiellement "bloquer les électeurs" dans leur choix, pense Jean-Philippe Derosier. Et en particulier "les électeurs de centre-gauche", tel que le souligne le professeur de sciences politiques Olivier Rozenberg. 

À écouter aussi

François Hollande, qui n'était pas favorable à l'accord de la Nupes, condamnait par ailleurs ce découpage des circonscriptions : "ils se sont fait avoir", a-t-il estimé sur le plateau de C à vous le 9 mai dernier. Le fait "d'avoir réservé en candidature unique 326 circonscriptions pour la LFI, c'était peut-être la meilleure façon de ne pas avoir de majorité", regrettait-il, avant d'ajouter que c'était "la première fois (...) qu'on oblige des candidatures uniques. Normalement, les électeurs ont quand même le choix : ils peuvent se dire que s'ils ne veulent pas LFI, ils souhaitent peut-être des socialistes, des Verts ou communistes. Là, on leur prive de ce choix." avait-il fustigé.

Des électeurs hésitants à cause de leur "position plus modérée" ou de "la personnalité de Mélenchon"

Même si sur le principe de l'union de la gauche, "les électeurs sont favorables, est-ce qu'ils vont vraiment voter en faveur de ce rassemblement dans les faits ?", s'interrogeait le constitutionnaliste Jean-Philippe Derosier. "Si le candidat unique de la gauche est un LFI ou communiste, vont-ils voter pour lui, ne pas se déplacer ou finalement soutenir un macroniste ? Beaucoup hésitent.", assure à son tour le professeur Olivier Rozenberg. 

De son côté, le sondeur Mathieu Gallard interrogé par le journal Le Point estime que l'''on peut imaginer qu'une partie de l'électorat écolo et socialiste soit mécontente, car ils ont un positionnement plus modéré que l'accord qui a été trouvé, ou parce que la personnalité de Jean-Luc Mélenchon, largement mise en avant par la campagne de la Nupes, ne leur plaît pas.", a-t-il ajouté. "Mais c'est difficile de savoir dans quelle mesure ils feront défection, et pour aller où ? Il n'y aura pas de dissidents partout, et pas certain qu'ils soient prêts à voter LREM pour autant", considère-t-il. 

Ainsi, pour le professeur Olivier Rozenberg, "le vrai enjeu, c'est le comportement des électeurs de centre-gauche qui n'adhèrent pas au bilan d'Emmanuel Macron". 

Autre objectif de la Nupes : limiter l'abstention

Limiter l'abstention fait partie d'un autre enjeu de taille pour la Nupes. Lors des élections législatives de 2017, l'abstention avait atteint un score inédit avec plus de 50% des électeurs qui ne s'étaient pas rendus aux urnes. Soit le taux le plus élevé depuis 1958 et les premières élections législatives sous la Ve République. Problème : les catégories de la population qui s'abstiennent sont souvent plus favorables à la gauche, regroupant les classes populaires et les jeunes. D'autant plus que, la plupart du temps, "l'électorat du parti du président se démobilise moins aux législatives que celui de l'opposition", explique le sondeur Mathieu Gallard dans Le Point.

C'est en partie pourquoi Jean-Luc Mélenchon tente de présidentialiser les législatives avec une affiche appelant directement les électeurs à voter pour qu'il devienne Premier ministre. L'éditorialiste François Degois avait notamment affirmé le 27 avril dernier sur son compte Twitter que la stratégie de présidentialisation utilisée par Mélenchon pouvait constituer un "formidable boost" pour les élections législatives, souvent "boudées".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/