3 min de lecture Les Républicains

Après l'élection de Laurent Wauquiez, quels élus ont quitté les Républicains ?

Dans le sillage de Xavier Bertrand qui quitte le parti, plusieurs cadres et élus ont décidé de rendre leur carte ou de démissionner.

Laurent Wauquiez et Xavier Bertrand en novembre 2010
Laurent Wauquiez et Xavier Bertrand en novembre 2010 Crédit : AFP / Archives, Bertrand Guay
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

"Je veux peser sur la ligne politique de mon parti." Invitée de RTL vendredi 15 décembre, Valérie Pécresse a annoncé qu'elle restait au sein des Républicains. Une décision qui tranche avec les défections récentes consécutives à l'élection de Laurent Wauquiez à la présidence du parti. 

Depuis la victoire du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes à la tête des Républicains (LR), plusieurs cadres et élus ont démissionné ou pris la décision de rendre leur carte d'adhérent. À commencer par Xavier Bertrand. Le président des Hauts-de-France qui s'était retiré des instances du parti après le second tour de l'élection présidentielle, a annoncé lundi soir sur France 2 qu'il quittait Les Républicains

"Je ne reconnais plus ma famille politique", explique Xavier Bertrand. Mais pas question de rejoindre Les Constructifs de Thierry Solère ou d'adhérer à La République en marche (REM) comme Bruno Le Maire. "Mon parti c’est la région des Hauts-de-France", justifie-t-il.

Le projet porté par Laurent Wauquiez est pour moi un projet de fermeture"

Nora Berra, membre du bureau politique des Républicains et ex-secrétaire d'état
Partager la citation

Autre départ emblématique : celui de Nora Berra, annoncé mercredi 13 décembre. Ex-secrétaire d'état aux aînés sous la tutelle de Xavier Bertrand, cette élue de la région Auvergne-Rhône-Alpes s'est présentée aux élections régionales de 2015 sur la liste menée par Laurent Wauquiez. Mais aujourd'hui, elle ne se reconnaît plus dans la ligne du parti, celle d'une droite radicale assumée.

À lire aussi
Rachida Dati, en juin 2016, à un congrès de la droite mairie de Paris
Municipales à Paris : Rachida Dati mènera la liste des Républicains

"Le projet porté par Laurent Wauquiez est pour moi un projet de fermeture, une ligne où l’outrance a pris le pas sur la droite sociale et humaniste que je compte encore défendre", explique-t-elle à l'AFP.

Plusieurs élus locaux quittent le parti

Dans la foulée de la victoire de Laurent Wauquiez, les départs se sont enchaînés au niveau local. Dès le lendemain du scrutin, plusieurs membres du conseil régional de la région Hauts-de-France ont suivi Xavier Bertrand en quittant les Républicains. C'est le cas de Guillaume Delbar, maire de Roubaix. 

"Je ne peux pas rester dans un parti dont le Président n'a pas choisi clairement entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen", a-t-il dénoncé sur Twitter en référence au refus de Laurent Wauquiez d'appeler à faire barrage au FN lors du second tour de l'élection présidentielle. 

Franck Dhersin, vice-président en charge des Transports et Philippe Rapeneau, vice-président chargé de la Transition écologique au Conseil régional des Hauts-de-France, ont fait le même choix.

Au-delà de la région de Xavier Bertrand, deux autres départs sont à noter : ceux de Bruno Bourg-Broc, président de la communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne (Marne) et de Laurent Bernier, maire de Saint-François (Guadeloupe). Dans un communiqué ce dernier juge le parti "trop clivant".

Sans rendre sa carte, le maire de Palaiseau Grégoire de Lasteyrie, a lui décidé de démissionner de son poste de secrétaire départemental des Républicains. "Il s’agit d’être cohérent, justifie Grégoire de Lasteyrie au Parisien. En tant que secrétaire départemental, on se doit de faire appliquer la ligne décidée par le parti au niveau national. Comment le faire si on est en désaccord ?"

Une vague de départs amorcée avant l'élection

Certains élus n'ont pas attendu la victoire de Laurent Wauquiez pour partir. Dès le 30 novembre, le sénateur de l'Allier Claude Malhuret quittait les Républicains pour rejoindre le parti Agir, issu du groupe des Constructifs à l'Assemblée nationale. 

Mais l'élu reste conciliant. "En ce qui concerne LR, rien n'est rompu. Notre position est très simple : les rapports que l'on aura avec eux dépendront de l'orientation que prendra le parti", explique-t-il dans un entretien à La Montagne. Il poursuit : "Aujourd'hui, Laurent Wauquiez prend une orientation extrêmement ferme, mais on sait bien tous que c'est une période électorale, où on prend des positions en général un peu plus tranchées que d'habitude."

De son côté, le maire d'Angers Christophe Béchu a annoncé son départ quatre jours seulement avant le scrutin. Dans un post Facebook intitulé "Pourquoi je quitte Les Républicains", l'édile explique qu'il "regrette profondément que ce parti ait fait le choix d’exclure ceux qui ont accepté de s’engager pour le redressement de la France aux côtés du Président de la République".

Désormais sans étiquette, Christophe Béchu souhaite "consacrer (sa) liberté, (son) indépendance et (son) énergie à Angers".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les Républicains Politique Laurent Wauquiez
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants