1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. La République En Marche : le groupe à l'Assemblée peut-il perdre la majorité absolue ?
2 min de lecture

La République En Marche : le groupe à l'Assemblée peut-il perdre la majorité absolue ?

DÉCRYPTAGE - En juin 2017, le groupe des députés LaREM comptait 314 membres dont quatre élus apparentés. Désormais, ses effectifs tombent à 297, non loin de la majorité absolue à 289 sièges.

Gilles Le Gendre à l'Assemblée nationale, le 7 mars 2018
Gilles Le Gendre à l'Assemblée nationale, le 7 mars 2018
Crédit : Philippe LOPEZ / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste

Un compteur de départs qui ne cesse d'augmenter. En juin 2017, le groupe des députés La République En Marche comptait 314 membres dont quatre élus apparentés. Avec le départ d'Albane Gaillot, ses effectifs tombent à 297. Ce nombre commence à inquiéter en haut lieu chez les macronistes. Pourquoi ? Parce qu'il se rapproche dangereusement de la majorité absolue, fixée à 289 sièges.  

Exclusions, départs volontaires... La majorité, fragilisée depuis l'épisode du congé de deuil pour enfant, a du mal à se remettre en ordre de bataille pour la réforme des retraites. L'érosion s'est accélérée depuis l'utilisation par Édouard Philippe du 49.3 pour la réforme des retraites

Mais la majorité présidentielle se rassure en s'associant aux 46 alliés du MoDem et les 9 Agir. La majorité reste confortable avec 352 élus sur 577. Les départs sont des "démarches individuelles", assurent les "marcheurs". Et le projet de loi sur les retraites, "ça a resserré la majorité", "unie" face aux oppositions.  

Vers un neuvième groupe à l'Assemblée ?

Mais les interrogations vont au-delà de ces cas particuliers. À l'aile gauche, Stella Dupont a regretté "l'échec collectif" du 49.3, une procédure "efficace mais brutale" pour faire passer un projet de loi sans vote, loin des attentes de "l'acte II du quinquennat". Le matin, en réunion de groupe avec le Premier ministre, certains avaient aussi fait part de leurs réserves

À lire aussi

Un neuvième groupe "inéluctable" ? En interne, les "marcheurs" décrivent un collectif qui "respire bien" et "s'exprime" librement. Mais les rumeurs repartent de plus belle quant à la constitution d'un nouveau groupe parlementaire à l'Assemblée, un neuvième, pour les déçus ou ceux déjà partis. Autour de qui et de quelle ligne ? Plutôt des quelques députés de l'aile gauche, ou bien d'une sensibilité plus écolo, proche de l'ancien LaREM Matthieu Orphelin ? 

Un élu juge la création de ce neuvième groupe "inéluctable" - "il y a le potentiel en nombre et en frustrations politiques" - mais pense que "cela se fera après les municipales". Quelques voix, très minoritaires encore, commencent à interroger l'autorité de Gilles Le Gendre, chef de file des députés LaREM. "Oui certains pensent à demander sa démission", reconnaît une parlementaire. 

Une guerre de chefs en interne ?

"Il y a un vrai sujet d'autorité à la présidence du groupe. La question maintenant, c'est quand est-ce que Gilles s'en va ?", assène une autre, en évoquant notamment le récent couac du vote contre l'allongement du congé de deuil d'un enfant. 

Des changements à la tête du groupe ne sont pas du tout à l'ordre du jour, balaye-t-on en interne. Gilles Le Gendre "a été réélu au premier tour" en juillet dernier. Et il n'est pas dans un management par "l'autorité", mais par "le consensus et le dialogue", dans un collectif où s'expriment par nature des "sensibilités différentes". La perspective des élections municipales difficiles agite aussi les esprits. 

La direction du parti LaREM est dans le viseur, certains évoquant notamment une concurrence entre l'actuel numéro 1 Stanislas Guerini et d'autres "macronistes" de la première heure, Pierre Person ou Stéphane Séjourné. Et un remaniement ministériel se profile à court ou moyen terme. Chez les députés, on observe une source parlementaire, "certains restent en attendant le remaniement. On leur dit 'ne bouge pas, on va te traiter'". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/