3 min de lecture Écologie

Voitures, 5G, kérosène : que reste-t-il des propositions de la Convention citoyenne ?

ÉCLAIRAGE - Emmanuel Macron avait retenu 146 propositions faites par la Convention citoyenne en juin dernier. Depuis, où en est-on ?

Barbara Pompili, le 16 septembre 2020
Barbara Pompili, le 16 septembre 2020 Crédit : Ludovic MARIN / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

"Détricotage", "désillusion", "reniement". Les mots sont durs et ont pour but d'interpeller. Le maire EELV de Grenoble Éric Piolle et le député EDS Matthieu Orphelin dénoncent le recul du gouvernement des mesures mises sur la table par la convention citoyenne pour le climat et l'absence de propositions alternatives. 

Dans une tribune publiée dans Le Monde, l'écologiste et l'ancien membre du groupe LaREM à l'Assemblée estiment que "le gouvernement se lance, en cette rentrée, dans l'effilochage des propositions", trois mois après le discours d'Emmanuel Macron devant les 150 citoyens tirés au sort pour participer à cette convention.

Cette tribune paraît dans un contexte délicat pour le gouvernement. Jean Castex et la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili ont rencontré, ce 30 septembre à Matignon une vingtaine de représentants de la convention citoyenne pour le climat pour un point d'étape. 

146 mesures retenues par Macron

Parmi les 146 mesures retenues par Emmanuel Macron, figure un "moratoire sur la mise en place de la 5G en attendant les résultats de l’évaluation de la 5G sur la santé et le climat" et proposait "d'analyser systématiquement l'impact" sur l'environnement et la santé. Quelques semaines plus tard, le président de la République a pris ces distances avec cet engagement en déclarant : "La France va prendre le tournant de la 5G". Et s'est d'ailleurs permis une comparaison avec la lampe à huile et les Amish.

À lire aussi
Un épisode de pollution à l'ozone en Île-de-France (photo d'illustration). pollution
Écologie : la pollution de l'air coûterait 770 euros par Français

Autre proposition faite par la Convention citoyenne et retenue par le président de la République : "Augmentation du malus et du bonus pour l’achat d'un véhicule neuf, en fonction de ses émissions de gaz à effet de serre et de son poids". Autrement dit, une mesure visant à instaurer une taxe en fonction du poids du véhicule. La mesure devait figurer dans le projet de loi de Finances mais a finalement été enlevée. "Le principe n’est pas enterré mais logiquement renvoyé à la loi mettant en place les mesures de la convention citoyenne pour le climat", explique-t-on dans l’entourage de Bruno Le Maire au Monde.

Même sort réservé au traçage d'une trajectoire progressive sur la fiscalité du kérosène. L'instauration de l'écotaxe sur les transports aériens aurait des "conséquences absolument délétères" sur le plan social pour un secteur déjà sinistré, mettait en garde le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari sur LCI. La liste s'allonge avec l'absence d'encadrement des dividendes et d'une taxation des engrais azotés, dans le projet de loi de finances.

20% des propositions de la Convention reprises ?

Assurant travailler sur de nouvelles mesures pour une France plus verte, Jean Castex assure qu'une "trentaine de propositions ont déjà trouvé des suites favorables". "Le gouvernement répète à l'envi qu'il n'a pas de baguette magique pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Mais il en a visiblement une pour faire disparaître dans les limbes toute proposition qui permettrait de se rapprocher un peu de la neutralité carbone", a de son côté dénoncé Clément Sénéchal, de Greenpeace France auprès de l'AFP.

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a répondu avec ironie aux accusations de détricotage. "J'adore le tricot. Et ce qu'on est en train de faire, c'est de tricoter un beau pull vert que vous pourrez mettre à Noël", a-t-elle déclaré à l'issue de la réunion avec les "citoyens". Et d'ajouter : "À la fin nous aurons une décision prise par le chef du gouvernement".

"Selon le gouvernement, 20% des propositions de la Convention sont reprises partiellement ou en totalité dans le plan de relance : aide à la rénovation énergétique des bâtiments, renforcement du malus CO2 sur les véhicules les plus polluants, soutien au vélo", rapporte l'AFP. Mais les opposants préparent la fronde. Des amendements au projet de loi de Finances seront présentés. Au menu, révision de l'indemnité kilométrique pour les voitures, hausse du forfait mobilité durable, baisse des taxes sur les assurances pour les voitures électriques.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Écologie Changement climatique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants