2 min de lecture RTL Originals

L’œil de la République : la "fureur noire" d'Alain Duhamel le soir du 21 avril 2002

PODCAST - Le 21 avril 2002, à 20 heures, le visage de Jean-Marie Le Pen apparaît sur les écrans de télévision. C’est le choc pour des millions de Français. Il est le candidat qui sera face à Jacques Chirac pour le second tour de l’élection présidentielle. 

OEIL-REPUBLIQUE_POP_245x300 L'oeil de la République Alain Duhamel & Benjamin Sportouch & RTL Originals iTunes RSS
>
L'oeil de la République - La "fureur noire" d'Alain Duhamel le soir du 21 avril 2002 Crédit Image : RTL Originals | Crédit Média : RTL Originals | Date : La page du podcast
245x300_Sportouch
Benjamin Sportouch et Marie-Pierre Haddad

Du 21 avril 2002 aux résultats du second tour, en passant par la campagne de l'entre-deux tours, l'élection présidentielle de 2002 reste l'un des scrutins les plus mouvementé de la Vème République. Jean-Marie Le Pen est face à Jacques Chirac pour le second tour de l'élection présidentielle. C’est la première fois que le Front national franchit le premier tour.

Alain Duhamel se souvient avoir éprouvé "une fureur noire". "D’abord contre Jean-Marie Le Pen", mais aussi contre Jacques Chirac qui avait fait "une campagne néo-Front national", explique-t-il.

"Il s’en est tiré en faisant du Front national, c’est-à-dire en organisant toute sa campagne sur l’immigration et l’insécurité. Jacques Chirac a fait une campagne lepéniste. Ça lui a donné un score qui est médiocre, mais qui l’a maintenu. Jean-Marie Le Pen, ça l’a aidé parce que ça donnait du crédit à ce qu’il racontait", ajoute l'éditorialiste.

Abonnez-vous à ce podcast

L'arrivée de Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection présidentielle de 2002 marque aussi l'élimination de Lionel Jospin, le candidat du PS, dès le premier tour. "Tout le monde est abasourdi. J’ai senti, chez les socialistes, une incrédulité incroyable", raconte Alain Duhamel. 

À lire aussi
OEIL-REPUBLIQUE_POP_795x530 RTL Originals
L’œil de la République : la candidature de Sarkozy, l'un des moments qui a le plus marqué Duhamel

"Il en veut surtout à Jean-Pierre Chevènement et à un moindre degré à Christiane Taubira. Il a été très choqué, très meurtri. Il ne faut pas oublier que lors de la précédente élection, en 1997, il était arrivé, à la surprise générale, en tête au premier tour avec 23% des intentions de voix. Dans sa tête, il avait été un bon Premier ministre. Il restait assez populaire au bout de cinq ans, donc il pensait que les Français seraient fair-play avec lui", explique-t-il

>> L’œil de la République, une série d'entretiens exceptionnels avec Alain Duhamel, à retrouver un jeudi sur deux. Ce grand observateur de la vie politique française nous raconte ses souvenirs et les coulisses des grands moments de notre Ve République. Un podcast RTL Originals.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
RTL Originals Vème République Alain Duhamel
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants