2 min de lecture Arménie

Karabakh : pour Macron et Poutine, il y a une "nécessité de mettre fin aux combats"

Les deux dirigeants se sont entretenus le 7 novembre 2020 durant un entretien téléphonique sur la nécessité de stopper les combats entre les troupes azerbaïdjanaises et les soldats de la république sécessionniste

Le président Emmanuel Macron et le président russe Vladimir Poutine lors d'une conférence le 29 mai 2017
Le président Emmanuel Macron et le président russe Vladimir Poutine lors d'une conférence le 29 mai 2017 Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / POOL / AFP
Capucine Trollion
Capucine Trollion
et AFP

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine se sont entretenus par téléphone, le 7 novembre 2020. Ils ont, une nouvelle fois, insisté "la nécessité de mettre fin aux combats" au Nagorny Karakakh, indique l'Élysée.

Depuis plusieurs semaines, les forces de l'enclave séparatiste, soutenue par l'Arménie, et celles de l'Azerbaïdjan s'affrontent dans les combats les plus meurtriers depuis 2016. La Turquie est la plus fidèle alliée de l'Azerbaïdjan. La France fait partie avec la Russie et les États-Unis du "groupe de Minsk" chargé d'une médiation dans ce conflit.

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine ont aussi échangé "en détail sur la crise du Haut-Karabakh et ont convenu de la nécessité de mettre fin aux combats, afin de permettre le retour à des négociations sur une base réaliste", précise l'Élysée avant de poursuivre que l'objectif principal est d'"assurer le maintien des populations arméniennes sur cette terre et la fin des souffrances pour les populations civiles". Ce 7 novembre, l'Arménie a rapporté que de nouveaux "violents combats" opposaient les troupes azerbaïdjanaises aux soldats de la république sécessionniste du Nagorny Karabakh, région majoritairement peuplée d'Arméniens, de l'Azerbaïdjan.

Trois tentatives de trêve humanitaire ont échoué

Depuis le 27 septembre dernier, les combats ont fait plus de 1.250 morts. Trois tentatives de trêve humanitaire négociées respectivement sous l'égide de la Russie, de la France et des États-Unis, ont volé en éclats. La Russie est liée à Erevan, la capitale de l'Arménie, par un traité de sécurité collective, mais a affirmé par le passé qu'il ne s'étendait pas au Nagorny Karabakh.

Une discussion aussi autour du Donbass

À lire aussi
international
Moscou ne laissera pas Navalny "mourir en prison", assure l'ambassadeur russe à Londres

Toujours selon l'Élysée, Emmanuel Macron et Vladimir Poutine ont également abordé le Donbass, l'est rebelle prorusse de l'Ukraine, pour se féliciter du cessez-le-feu en place depuis le 27 juillet dernier, "ce qui représente un résultat concret du travail mené par le Format de Normandie", la configuration diplomatique qui rassemble Russie, Ukraine, Allemagne et France. "Le Président de la République a dit sa détermination à poursuivre les efforts de négociation dans ce cadre et a appelé le Président Poutine à soutenir cet objectif", a ajouté la présidence française.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Arménie Élysée Vladimir Poutine
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants