1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Incendie à Notre-Dame : Macron "a fait passer quelques messages", dit Alba Ventura
2 min de lecture

Incendie à Notre-Dame : Macron "a fait passer quelques messages", dit Alba Ventura

Le président a profité de son hommage à Notre-Dame de Paris pour dépeindre un peuple de "bâtisseurs", un peuple qui a toujours eu des épreuves à surmonter.

Emmanuel Macron lors de son allocution à l'Élysée le 16/04/19.
Emmanuel Macron lors de son allocution à l'Élysée le 16/04/19.
Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
Incendie à Notre-Dame : Macron "a fait passer quelques messages", dit Alba Ventura
03:27
Incendie à Notre-Dame : Macron "a fait passer quelques messages", dit Alba Ventura
03:28
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura
Animateur

Finalement, Emmanuel Macron a pris la parole mardi 16 avril dans la soirée à la télévision. Mais pas pour annoncer les mesures de l'après grand débat... Il n’a parlé que de Notre- Dame de Paris, c’était un hommage après l’incendie.

Un bel hommage, mais il faut reconnaître au président le sens des opportunités. Il sait utiliser les situations, parce qu’il a très habilement utilisé cet hommage pour faire passer quelques messages. 

Sur ce peuple de "bâtisseurs" que nous sommes, ce peuple qui a toujours eu des épreuves à surmonter. Et qui face à la catastrophe peut montrer qu’il peut devenir meilleur que ce qu’il est. C’est du Macron tout craché, conscient du moment difficile que traverse notre société, et qu’il traverse lui-même. Et qui demande à chacun, à son niveau, de se retrousser les manches.

Traiter les sujets "irritants"

Cette allocution, c’était la bande-annonce de sa prochaine intervention. Et justement, plusieurs mesures ont été révélées : réindexation des petites retraites, moins d'impôts pour les classes moyennes, la suppression de l'ENA, et pas de fermeture d'écoles et d'hôpitaux d'ici la fin du quinquennat. 

À lire aussi

Le président essaie de répondre de manière catégorielle : il traite le mécontentement, les sujets "irritants", c’est-à-dire les revendications entendues sur les ronds-points mais aussi, avant cela, de la part des retraités. D'où la réindexation des retraites de moins de 2.000 euros, c’est le côté "je vous ai compris". Pareil pour les classes moyennes qui ont dit "on paye trop d’impôt". 

Et puis pour les ruraux, pour ceux qui vivent dans les petites villes qui se sont plaints de la disparition des services publics, il n’y aura pas de fermeture d’écoles ou d’hôpitaux d’ici à la fin du quinquennat. Emmanuel Macron a voulu traiter les sujets qui créent du ressentiment. C’est le "Macron social", celui qui dit avoir entendu les "gilets jaunes".

Travailler plus pour payer moins

Seulement, le mantra d'Emmanuel Macron, c’est l’économie, plus que le social. Pour lui c’est par le travail que la France va s’en sortir, et cette notion là, il ne la lâche pas. 

C’est pour ça que lorsqu’il dit "les impôts vont baisser", il dit aussi "on va travailler plus longtemps". Sans préciser comment, si c’est plus longtemps dans la semaine, plus longtemps dans l’année ou plus longtemps dans la vie. Autrement dit, ce sera désormais : travailler plus pour payer moins !

Comme l’emploi et le chômage n’ont pas été des sujets du grand débat, le président les remet dans son projet. Et c’est aussi au nom de l’économie qu’Emmanuel Macron ne renonce pas à l’ISF. Il consent à l’évaluer mais pas à y renoncer, parce que pour lui c’est une mesure qui conduit à investir dans l’économie.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/