1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Harcèlement : avez-vous entendu parler des QSR, les "quartiers sans relous" ?
2 min de lecture

Harcèlement : avez-vous entendu parler des QSR, les "quartiers sans relous" ?

ÉDITO - Avec les "quartiers sans relous", Marlène Schiappa porte un projet visant à lutter contre le harcèlement de rue dont le résultat pourrait être plus politique que concret.

La ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa
La ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / POOL / AFP
Marlène Schiappa veut des quartiers sans relous
02:45
Harcèlement : avez-vous entendu parler des QSR, les "quartiers sans relous" ?
02:45
Olivier Bost - édité par Quentin Marchal

La ministre déléguée à la citoyenneté, Marlène Schiappa, fait de nouveau parler d'elle. Pour lutter contre le harcèlement de rue, la membre du gouvernement veut créer des QSR, "des quartiers sans relous", afin de permettre aux femmes "d’arpenter sereinement l’espace public".

Faire parler de soi et de son travail n'est pas une mince affaire dans un gouvernement composé de 43 ministres et secrétaires d'État, la fameuses équipe resserrée de fin de mandat. S'l fallait parler d'un ministre ou d'un secrétaire d'État, à raison d'un ou d'une toutes les semaines depuis la nomination du gouvernement de Jean Castex, il serait difficile de passer tout le monde en revue.

Mais avec Marlène Schiappa, tout est différent. Depuis le premier jour du quinquennat, la ministre fait parler d'elle. Son projet des "quartiers sans relous" est une façon de promouvoir sa toute première idée, visant à lutter contre le harcèlement de rue et l'outrage sexuel.

Ce phénomène a pris une grande ampleur puisque 8 femmes sur 10 ont été victimes de propos déplacés, d'agression verbale ou de pression dans la rue, selon une enquête de victimisation. Personne ne peut donc être contre la démarche de Marlène Schiappa mais sa façon de faire, son efficacité et sa communication sur le sujet laissent à désirer.

Le harcèlement de rue est faiblement réprimandé

À lire aussi

Parler de "quartiers sans relous", c'est un peu comme lorsque Nicolas Sarkozy, à sa grande époque, promettait à une habitante d'Argenteuil en région parisienne, de la "débarrasser de la racaille". La formule avait été politiquement très efficace mais le résultat concret a quant à lui été beaucoup plus faible, voir nul.

Depuis que le délit du harcèlement de rue existe, il y a eu 3.023 infractions selon Marlène Schiappa, soit à peine une centaine par mois, et beaucoup moins de verbalisations. Un chiffre extrêmement faible, qui est égal à la probabilité qu’un policier soit présent au moment où vous êtes agressés.

Dans son projet, la ministre promet une carte de France annuelle des "quartiers de relous" et des policiers en civils, 2.000 sur le terrain, sensibilisé à ces questions. Interrogés sur le sujet, deux autres ministres estiment que "c'est n'importe quoi" et qu'"elle fait ça pour exister". Avec 43 ministres et secrétaires d'État dans le gouvernement, on peut se demander quand sera formé "un gouvernement sans relous".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/