2 min de lecture Gilets jaunes

"Gilets jaunes" : "Il faut maintenant qu'Emmanuel Macron s’ouvre", selon Alba Ventura

ÉDITO - Après les annonces faites par Édouard Philippe pour lutter contre les violences des casseurs lors des manifestations des "gilets jaunes", quelle est l'issue politique pour le gouvernement ?

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
"Gilets jaunes" : "Il faut maintenant qu'Emmanuel Macron s'ouvre", selon Alba Ventura Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura et Marie-Pierre Haddad

Édouard Philippe a annoncé une série de mesures sur TF1 pour en finir avec les casseurs qui "n'auront pas le dernier mot". C'est convainquant ? C'est de nature à éviter les violences ? 

Il restaure en fait la loi anti-casseurs de 1970 et il se base sur la proposition des sénateurs Les Républicains qui ont déjà fait voter une loi qui va de la déclaration obligatoire d’une manifestation, à l’interdiction du port de cagoule, en passant par la responsabilité civile. C’est-à-dire celui qui casse paye, et la possibilité de tenir un fichier de manifestants violents.

C’est ce que Gérald Darmanin le ministre du budget disait hier matin sur RTL : "Face à l’ultra violence, il faut de l’ultra-sévérité". Alors est-ce que c’est convaincant ? Évidemment, on est tous d’accord pour dire que les casseurs, les émeutiers, les violents, il faut les sanctionner durement. Il faut même les empêcher de venir polluer les manifestations, mais ce n’est pas si simple.

À lire aussi
Franck Riester médias
Mélenchon et le RN "ont des propos inadmissibles envers les journalistes", dénonce Riester sur RTL
À lire aussi

Ne pas entrer dans la surenchère avec les casseurs

D’ailleurs, on entend déjà les cris d’orfraies de ceux qui estiment que l’on bafoue le droit fondamental de manifester. Sauf que non, la manifestation, ce n’est pas la guerre. Donc ceux qui veulent la guerre n’ont pas leur place
 
Cela dit, il n’est pas facile de trouver le bon équilibre entre durcir d’un côté, et laisser manifester librement de l’autre. C’est compliqué d’en finir avec les casseurs de manière radicale, sans franchir la ligne, d’autant que la violence nourrit la violence.

Alors oui, il faut être extrêmement ferme, n’avoir aucun état d’âme. Mais ne pas s’enfermer dans un duel avec les casseurs. Parce que, ce qu’ils cherchent (ces casseurs), c’est à instaurer un match avec le gouvernement, et le gouvernement ne doit pas entrer dans ce match. Parce qu’il ne faut pas perdre de vue que le sujet, il est social avant tout et l’issue n’est pas dans la surenchère avec les casseurs

Quelle est l'issue ?

Quelle est l'issue ? L'issue est politique. La fermeté c’est indispensable, il faut priver les factieux d’oxygène, mais le coup de menton ne suffira pas à mettre en œuvre un traitement social au malaise qui s’est exprimé. Et - pardon, mais l’issue, ce n’est pas seulement le grand débat national et les thèmes aussi divers qui seront abordés dans ces discussions.

Non, il faut qu’Emmanuel Macron fasse de la politique. On a bien compris que la stratégie du commando de l’Élysée, c’est terminé. Le petit groupe des proches du président à la manœuvre, ça n’a pas fonctionné. D’ailleurs, une partie d’entre eux est sur le départ.

Refaire de la politique, reparler aux forces vives, c’est à cette condition que l’exécutif sera sans doute moins isolé et peut-être plus audible

Alba Ventura
Partager la citation

Il faut maintenant que le président s’ouvre. Avec qui parle Emmanuel Macron ? Avec qui parle le premier Ministre ? Avec qui font-ils de la politique ? Il est impératif de retisser les liens, avec les élus locaux, les maires en particulier. "C’est en cours nous", dit-on. Avec les syndicats réformistes. 

Quand j’entends Laurent Berger de la CFDT dire qu’il n’a aucun contact avec l’Élysée depuis plusieurs semaines, les bras m’en tombent. Refaire de la politique, reparler aux forces vives, c’est à cette condition que l’exécutif sera sans doute moins isolé et peut-être plus audible.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gilets jaunes Emmanuel Macron Édouard Philippe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796158954
"Gilets jaunes" : "Il faut maintenant qu'Emmanuel Macron s’ouvre", selon Alba Ventura
"Gilets jaunes" : "Il faut maintenant qu'Emmanuel Macron s’ouvre", selon Alba Ventura
ÉDITO - Après les annonces faites par Édouard Philippe pour lutter contre les violences des casseurs lors des manifestations des "gilets jaunes", quelle est l'issue politique pour le gouvernement ?
https://www.rtl.fr/actu/politique/gilets-jaunes-il-faut-maintenant-qu-emmanuel-macron-s-ouvre-selon-alba-ventura-7796158954
2019-01-08 07:51:03
https://cdn-media.rtl.fr/cache/J7w_WzzVwFn8SIpGECxhFQ/330v220-2/online/image/2018/1231/7796091516_voeux-d-emmanuel-macron.jpg