2 min de lecture Immigration

Génération Identitaire : Gérald Darmanin a-t-il déjà voulu dissoudre le groupuscule ?

FACT CHECKING - Le ministre de l'Intérieur a appelé à "réunir des éléments" pour dissoudre le collectif, mais ce dernier pourrait échapper au cadre législatif.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Génération Identitaire : Gérald Darmanin a-t-il déjà voulu dissoudre le groupuscule ? Crédit Image : ROMAIN LAFABREGUE / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Louis Chahuneau

Gérald Darmanin a annoncé mardi 26 janvier étudier la dissolution de Génération Identitaire.
Le ministre de l’Intérieur se veut ferme face aux récents agissements de Génération Identitaire qui, mardi dernier, a organisé une maraude anti-migrants au col du Portillon dans les Pyrénées.

Pour Gérald Darmanin, il faut d'abord "réunir les éléments" pour dissoudre le groupe d’extrême droite. Étonnant parce qu’en 2019 pour dissoudre Génération Identitaire le gouvernement utilisait le terme "d’étude". En mars 2019, Génération Identitaire occupe le toit de la caisse d’allocation familiale de Bobigny en Seine-Saint-Denis mêlant dénonciation de l’immigration et argent public.

Plainte de la CAF, la secrétaire d’État Christelle Dubos avait indique vouloir étudier, avec Christophe Castaner, alors ministre de l’Intérieur comment dissoudre ce groupe. Sept ans plus tôt, en octobre 2012, 70 militants de Génération Identitaire envahissent le chantier d’une mosquée à Poitiers, c’est l’acte de naissance du groupe. L’exécutif tente d’agir et Manuel Valls, ministre de l’Intérieur de l'époque, assure que sa dissolution est à l’étude. À force c’est une vraie bibliothèque.

Une organisation difficile à dissoudre

Pour dissoudre une association, le ministre de l’Intérieur doit présenter un décret en Conseil des ministres. La loi, et plus précisément le code de la sécurité intérieure, prévoit sept motifs comme par exemple, les manifestations armées dans les rues, contre la légalité républicaine, organisation militaire, ou qui provoquent à la discrimination, envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie.

À lire aussi
Gérald Darmanin
Les infos de 18h - Manifestation de Génération identitaire : des échauffourées mais pas d’incident grave

Problème, Génération identitaire se revendique de l’agit-prop, manifestations ou sitting. Ainsi après leur opération dans les Alpes où le groupe avait déployé une banderole anti-migrants à la frontière franco-italienne, 3 militants avaient été relaxés par la cour d’appel de Grenoble.

Les magistrats avaient estimé que leur action était "purement de propagande politique". Génération identitaire joue sur les limites et, contrairement à d’autres groupes d’extrême droite dissous en 2019, n’appelle pas, officiellement, au renversement de l’État ou comme l’explique le politologue spécialiste de l’extrême droite, Jean-Yves Camus, le mouvement cible dans ses actions tous les migrants et non un groupe précis.
 
Une enquête préliminaire à été ouverte pour provocation publique à la haine raciale en raison d’un slogan sur une banderole déployée mardi dernier, a annoncé le procureur de Saint-Gaudens (Haute-Garonne). De plus, c’est la première fois que Gérald Darmanin condamne publiquement les agissements de Génération identitaire. Passera-t-il à l’acte comme récemment avec trois associations soupçonnées d'accointances avec l'islamisme ou en restera-t-il au symbole de la communication politique ? À suivre dans les prochaines semaines.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Immigration Migrants Gérald Darmanin
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants