1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Marine Le Pen : Bruno Gollnisch ne voit "pas d'autres" candidats pour 2022
1 min de lecture

Marine Le Pen : Bruno Gollnisch ne voit "pas d'autres" candidats pour 2022

INVITÉ RTL - Le député européen estime que malgré sa défaite au second tour, la Présidente du Front National "a fait une très bonne campagne" à la dernière élection présidentielle.

Bruno Gollnisch, invité de RTL, mercredi 16 août
Bruno Gollnisch, invité de RTL, mercredi 16 août
Crédit : Essia Lakhoua / RTL
Cent jours d'Emmanuel Macron: Bruno Gollnisch lui donne la note de 8/20
00:46
Bruno Gollnisch, invité de RTL, mercredi 16 août
10:15
Corée du Nord : "Je crains qu'une guerre soit possible", dit Gollnisch
10:19
Jérôme Florin & Marie Zafimehy

Un "débat raté peut-être plus dans le ton que dans le fond". C'est le seul point noir que voit le député européen Bruno Gollnisch dans la "très bonne" campagne présidentielle menée par Marine Le Pen. Depuis son élimination au second tour qui l'opposait à Emmanuel Macron, la présidente du Front National (FN) est contestée dans les rangs de son parti.

Un séminaire était d'ailleurs organisé le 21 juillet dernier pour donner un nouveau cap au FN. Mais Bruno Gollnisch l'assure : "pour le moment", il ne voit "pas d'autres" candidats possibles à l'élection présidentielle de 2022.

"Nous fonctionnons dans le cadre d'une amitié, d'une identité de conviction qui est très forte", a-t-il expliqué concernant la nomination du président au sein du FN. Le député européen concède cependant qu'il existe des "nuances" entre les membres du parti, notamment sur la question de la sortie de l'euro. "On n’est pas tous d’accord sur les modalités de la récupération de notre souveraineté financière. Mais ce sont des nuances par rapport à tout ce qui nous unit". 

Un nouveau nom pour le FN ?

Bruno Gollnisch ne se dit "pas favorable" au changement de nom du FN, une éventualité évoquée notamment par Florian Philippot après la défaite de l'élection présidentielle. "C'est un nom qui a été porté honorablement, justifie-t-il, il y a eu beaucoup de sacrifices énormes consentis".

À lire aussi

Néanmoins, le député européen se dit ouvert à une alliance politique "comme pendant les élections, avec Nicolas Dupont-Aignan". "A ce moment-là il est normal que le chapeau qui coiffe cette alliance électorale soit autre chose que celui du Front National", déclare-t-il. Et de rappeler qu'en 1986 il avait été élu à l’Assemblée nationale avec Jean-Marie Le Pen sous le nom du "Rassemblement national".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/