1 min de lecture Économie

"Fermeture de Bridgestone : "Un assassinat prévu de longue date", fustige Bertrand sur RTL

INVITÉ RTL - Le président du conseil régional des Hauts-de-France regrette la fermeture de l'usine de Béthune et parle d'une annonce en "coup de tonnerre".

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Fermeture de l'usine Bridgestone à Béthune : "Les gens ne sont pas des kleenex", fustige Xavier Bert Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto et Coline Daclin

La ville de Béthune, dans le Pas-de-Calais, est sous le choc. Le fabricant de pneus japonais Bridgestone a annoncé ce mercredi 16 septembre au matin la fermeture prochaine de son usine, qui emploie 863 personnes. Elle pourrait intervenir à partir du deuxième trimestre 2021.

"C'est un assassinat prévu de longue date", regrette le président de la région Xavier Bertrand. "On a eu affaire à des menteurs", fustige-t-il au micro de RTL. Il assure que l'entreprise avait promis en novembre 2019 de ne pas fermer l'usine.

"Les gens ne sont pas des kleenex", poursuit Xavier Bertrand, qui déplore une annonce tombée comme "un coup de tonnerre" de la part de l'entreprise. Il demande à l'entreprise de réinvestir sur le site, en partenariat avec l'État et la région, pour produire de nouveaux types de pneus, qui se vendraient mieux.

Bridgetsone est également l'un des partenaires des Jeux Olympiques de 2020, décalés à 2021. "Ça me pose un problème", assure Xavier Bertrand, qui soutient que si l'entreprise ferme son site de Béthune, ce serait "une tâche sur ce que représente l'olympisme aujourd'hui".

Une "trahison" pour le gouvernement

À lire aussi
Un restaurant à Paris pendant la crise du coronavirus (illustration) économie
Fermetures des bars et restaurants : les aides n'éteignent pas la colère

Le gouvernement lui-même parle d'une "trahison". Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a ainsi assuré que Bridgestone devait "assumer ses responsabilités plutôt que de chercher des prétextes". 

Selon le président de l'entreprise, ce sont "des problèmes de marché structurels" qui poussent Bridgestone à fermer son usine. Il pointe une surcapacité de production en Europe et la concurrence de marques asiatiques moins chères. 

Bridgestone se dit ainsi "pleinement conscient des conséquences sociales d'un tel projet et s'engage à mettre en oeuvre tous les moyens nécessaires pour définir un plan d'accompagnement adapté à chaque employé".  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Entreprises Xavier Bertrand
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants