2 min de lecture Réforme des retraites

Retraites : "La fin de la grève validerait le compromis", dit Olivier Mazerolle

ÉDITO - Édouard Philippe a annoncé le retrait provisoire de la mesure la plus contestée du projet de loi mais il reste à convaincre plusieurs syndicats qui ne comptent pas arrêter le mouvement.

Mazerolle-245x300 L'Edito d'Olivier Mazerolle Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
Retraites : "La fin de la grève validerait le compromis", dit Olivier Mazerolles Crédit Image : Thomas SAMSON / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Mazerolle-795x530
Olivier Mazerolle Journaliste RTL

En faisant des concessions, Edouard Philippe a changé la donne. Au lieu d’une logique de passage en force masquée par des propos lénifiants, le gouvernement est entré dans une démarche de négociation. Il a maintenant des partenaires de discussion avec trois syndicats. Mais pour que le compromis perdure, il faut lui donner du contenu. 

Et c’est là que le gouvernement est attendu, pour prouver que ses concessions ne constituent pas qu’un repli tactique dans le but de discréditer les syndicats réformistes.Car Édouard Philippe a bien fait des concessions, de deux ordres. Il a renoncé à la mise en œuvre de l’âge pivot avec un bonus-malus dès 2022, 5 ans avant l’entrée en vigueur de la réforme. Et pour la suite, il est ouvert à des propositions sur le mode de financement du nouveau système de retraites. La solution n’est pas facile à trouver puisqu’il exclut les baisses de pension et toute mesure qui augmenterait le coût du travail. Mais il ouvre tout de même la discussion.

Et s'il maintient tout de même l’existence d’un âge d’équilibre lorsque la nouvelle retraite va entrer en vigueur, il ne dit pas quel est cet âge, ni les mesures qui vont l’accompagner. On se dirige manifestement vers un âge très diversifié, individualisé en fonction des métiers et des carrières vécues par chacun. Il y a vraiment de quoi discuter. 

Un gouvernement qui a trop tardé à ouvrir de vraies négociations

Cependant il y a une urgence. Pour les Français, le climat ne sera réellement apaisé que lorsque la grève s’arrêtera. C’est là où le gouvernement à un rôle moteur à jouer en donnant aux directions de la SNCF et de la RATP les marges nécessaires pour accorder aux salariés la clause du grand-père sans le dire, c’est-à-dire en compensant l’allongement du temps de travail par du bonus financier. La CFDT à la SNCF et l’UNSA à la RATP n’attendent que cela pour donner le signal de la reprise du travail.

À lire aussi
Yves Veyrier, secrétaire général de la Force Ouvrière, le 3 mars 2020 réforme des retraites
Réformes des retraites : il faut "tout reprendre à zéro", affirme Yves Veyrier sur RTL


C’est le prix à payer pour un gouvernement qui a trop tardé à ouvrir de vraies négociations, un gouvernement qui aurait pu proposer dès le mois de septembre ce qu’il a proposé hier. La fin de la grève serait un symbole fort qui apaiserait la situation, qui validerait le compromis. 

Elle permettrait de mener plus sereinement les discussions nécessaires, nombreuses et complexes sur des tas de sujets encore à régler, ainsi qu’avec des professions comme les avocats, les médecins, les danseurs de l’Opéra et autres, qui ne sont pas représentées par les organisations syndicales de salariés. Edouard Philippe a marqué un point en changeant la donne. Il lui reste à confirmer la réalité de ses intentions. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme des retraites Édouard Philippe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants