1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. ÉDITO - Présidentielle 2022 : la bataille du vote radical a commencé
2 min de lecture

ÉDITO - Présidentielle 2022 : la bataille du vote radical a commencé

Après ce premier week-end de campagne présidentielle, la bataille du vote radical, très courtisé, a commencé.

Éric Zemmour lors de son premier meeting à Villepinte.
Éric Zemmour lors de son premier meeting à Villepinte.
Crédit : Stefano RELLANDINI / AFP
La radicalité s'impose lors du premier week-end de campagne présidentielle
03:11
La radicalité s'impose lors du premier week-end de campagne présidentielle
03:11
Olivier Bost - édité par William Vuillez

Depuis ce week-end, nous avons l’affiche complète de la présidentielle, en considérant qu’Emmanuel Macron sera candidat. Nous avons assisté à l’ouverture d’une première bataille, la bataille pour capter les électeurs en recherche de radicalité. C’est un électorat qui veut que ça change et que ça change fort et vite ! Et cet électorat est très courtisé…

D’abord chez Éric Zemmour, il a réussi à prouver dimanche dans son meeting à Villepinte qu’il était capable de sortir d’une forme d’amateurisme. Désormais "présidentiable", il n’a pas édulcoré son discours, charpenté pour son public. Il a esquissé quelques propositions mais c’est bien avec le grand remplacement qu’il emporte la salle.

Le meeting d’Éric Zemmour restera peut-être pour un moment à cause de la Covid, le plus grand meeting de la campagne. Pour élargir son électorat, le candidat a deux cibles qu’il résume d’une phrase : il veut "rendre le droit de vote aux électeurs du Front National, dit-il, puisque voter FN ne servirait à rien. Il veut également rendre la droite aux électeurs LR. La fusion des droites reste son grand objectif.

Pécresse et Mélenchon lancent leur campagne

Valérie Pécresse elle, est sortie d’un processus interne avec une exigence de fermeté. Fermeté sur la sécurité, sur l’identité, sur l’immigration… La promesse du retour d’une vraie droite. Son concurrent Éric Ciotti, 39% des voix au second tour du Congrès, est sur une ligne encore plus dure et il est bien décidé à lui rappeler. Voilà donc Valérie Pécresse sous la pression de la radicalité. 

À écouter aussi

Mais pour reconstituer son socle et décoller dans les sondages, elle doit capter une part des électeurs LR partis chez Éric Zemmour et une part des électeurs LR partis chez Emmanuel Macron. Valérie Pécresse c’est le grand rassemblement, pas évident…

À gauche aussi, la radicalité est de retour, par la voix de Jean-Luc Mélenchon dans un meeting dimanche, comme la gauche n’en a pas fait depuis longtemps. Avec ses militants, le candidat de la France insoumise tente de trouver une dynamique qui lui fait toujours défaut. Jean-Luc Mélenchon n’a pas lésiné sur les fondamentaux d’extrême gauche, pour en finir avec le capitalisme et l’argent qui pourrit tout.

Les débats à droite semblent même lui redonner de l’énergie ou l’espoir d’être le premier opposant de la droite.

Macron bientôt candidat ?

Et tout ça, c’est en attendant le seul candidat non déclaré : Emmanuel Macron. Emmanuel Macron ne sera pas candidat officiel avant plusieurs semaines. Le président sortant, par sa position politique centrale et par sa bonne tenue dans les sondages, pousse tout le monde à se démarquer plus que jamais. Si bien que la bataille de la radicalité est bien la première des batailles de cette présidentielle. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/